L’une des choses que j’ai apprises en gestion d’entreprise c’est que lorsqu’une chose est bonne à faire, c’est la bonne chose à faire même si c’est difficile. Si vous perdrez du temps à tourner et négocier vous perdez également du temps pour tirer profit de la décision à prendre.

Sans aucun doute qu’on n’est pas manager pour prendre des décisions faciles. 95% des décisions qu’un Président de la République prend peuvent être prise par une personne qui a un minimum de formation en gestion de soi et de la chose publique…(Niveau BAC suffisant… Il y a des bacheliers en expériences de vite aussi).

Mais il y a 5% de décisions qui seuls le Président de la République peut prendre. Parfois elles sont évidentes seulement elles ne sont pas faciles à prendre. C’est pour cela que c’est lui seul qui doit les prendre. Et d’ailleurs peu de gens acceptent les prendre. La même chose est vraie lorsque vous dirigez une organisation. Vous êtes appelé à mettre de côté ce que vous pensez et sentez personnellement.

Et pour ce qui est du choix difficile de réduire les effectifs, il faut aller vite et bien.

3. LA RÉDUCTION DES EFFECTIFS VISE À METTRE FIN À UNE SAIGNÉE…

Ce qui veut dire qu’une hémorragie est en cours et qu’il faille y mettre fin. Plus vous attendez et plus vous risquez une anémie et allez mettre en péril la prospérité et la solidification des fondamentaux de la pérennité de l’argent. Prenez vite la décision et mettez-la en œuvre soigneusement pour éviter une anémie.

2. IL Y A RIEN DE MAL À SE DÉCHARGER QUAND ON EST ESSOUFFLÉ.

Lorsqu’il est question de réduire les effectifs, il faut choisir entre « faire dérailler l’albatros » ou « décharger les wagons ». Laissez des bagages en chemin quitte à revenir plus tard les chercher permet aller vite atteindre des objectifs et se rendre capable de revenir et transporter plus. Au pire des cas, la loi autorise le chômage technique. Utilisez les recours disponibles et passer à l’action.

3. ON RECRUTE PARCE QU’ON EST DANS LE BESOIN MAIS ON RÉDUIT PARCE QU’ON NE PLUS SUPPORTER.

Je suis un partisan de la mise en place des effectifs requis pour préformer. Maintenant pour avoir fait deux quasi-faillites, je sais que le déchargement et le dégraissage de mes charges personnelles et celles de l’entreprise m’ont sauvé par deux fois. La question n’est pas si vous avez toujours besoin des gens dont vous devez vous séparez. Vous ne pouvez plus supporter leurs charges c’est tout. Et il faut accepter se dire « Nous ne pouvons plus ».

4. LES GENS ONT BESOIN D’UN EMPLOI MAIS L’ENTREPRISE A BESOIN DE VALEUR AJOUTÉE.

Article relié: 15 habitudes des entrepreneurs millionnaires pour devenir riche et le rester

Lorsque c’est difficile d’équilibrer les comptes, tout ce qui n’ajoute pas de la valeur critique doit être supprimé. En matière de création de richesse, la survie passe l’optimisation des actifs qui rajoutent ou prennent de la valeur et la suppression de tout ce qui coûte et risque de siphonner la valeur créée. Du coup si des postes consomment plus de valeur qu’elles n’en créent il faut les supprimer. Ayez le courage de le faire et vite pour équilibrer les comptes et retrouver de la plus-value. Il n’est pas injuste de réduire les effectifs pour rentabiliser l’entreprise parce qu’elle va se réduire à néant si elle n’est pas rentable.

5. SOYEZ STRICT SUR LE DÉGRAISSAGE ET JUSTE SUR LE PACKAGE.

Offrez aux partants un package généreux, de la formation et du référencement pour trouver du nouveau job ailleurs. Montrez aux gens que si vous aviez le choix vous les garderiez et si nécessaire vous les rappelleriez. Discutez avec les syndicats sur les conditions justes de départ et non sur la nécessité des départs. Les départs sont nécessaires pour optimiser la valeur… Et vous pouvez partager cette valeur avec eux mais il faudra la dégager en opérant les choix qui s’imposent.

Par Hermann H. CAKPO.

Vous avez aimé? Partager avec vos proches
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here