8 questions essentielles pour opérer des choix porteurs pour le dirigeant !

comment opérer des choix radicalement porteurs en tant que dirigeant
4.7/5 - (4 votes)

Les réponses sont évidentes et lorsqu’on ne se pose pas les bonnes questions, on pense qu’on a imaginé que vous avez la certitude que vous avez pris la bonne décision et que ce que vous pensez devoir faire est la bonne chose à faire. Imaginez que vous décidiez de vous arrêter et de vous demander : « Qu’est-ce qui nous échappe ? ».

L’idée ici n’est pas de devenir un oiseau de mauvais augure qui pense au pire qui puisse arriver alors que les choses à faire sont claires mais de comprendre que la meilleure façon de manager, de décider, c’est de se poser les bonnes questions. Les 8 questions suivantes font parties de celles que les grands dirigeants se posent lorsqu’ils doivent se poser des questions.

 

1️⃣ Ceci va-t-il faire de nous le N°1 ou 2 de notre secteur ? Où pouvons-nous le devenir en le faisant ?

Cette question est déterminante lorsque vous devez accepter une opportunité d’affaire, un créneau ou une niche ou segment du marché ou un secteur. En général, il est facile de dire « OUI » aux opportunités mielleuses avant de se rendre compte qu’elles n’étaient pas faites pour nous. L’une des meilleures façons de prendre d’excellentes décisions en la matière, c’est de savoir la question éliminatoire à se poser pour valider le choix d’y aller ou non.

L’ex-PDG de Général Electric avait une question qu’il posait pour valider ses choix de secteur et d’investissement : « Ceci va-t-il faire de nous le Numéro 1 ou 2 de notre secteur ? ».  La réponse à cette question suffisait pour lui permettre de savoir s’il doit se lancer ou non. Vous n’avez pas à reprendre la même question exactement mais de formuler une question pareille.

Par exemple, nous avons une question pour apprécier si nous devrions accepter un projet de formation ou non : « Cette formation va-t-elle impacter drastiquement les attitudes Managériales et les résultats ou tout au moins sensibiliser ? ». Sinon on ne la prend pas.

 

2️⃣ Comment je me sentirai par rapport à ce choix dans 10 minutes, dans 10 mois ou dans 10 ans ?

C’est la technique du 10/10/10. On regrette souvent des choix, attitudes et comportements qui peuvent sembler avoir peu d’impact dans l’immédiat (10 minutes) ou sur le moyen terme (10 mois) mais dont les conséquences sur 10 ans peuvent être terribles. C’est pour cela qu’avant de décider, d’agir ou de réagir, il faut se projeter un tant soit peu dans le futur et se demander : « Comment je me sentirai par rapport à ce choix dans 10 minutes, dans 10 mois ou dans 10 ans ? ».

 

La box du dirigeant - choix porteurs pour le dirigeant

👉🏽 Découvrez-là en cliquant sur le lien suivant : 🔗LA BOX DU DIRIGEANT

3️⃣ Qu’est-ce les gens diront de notre entreprise et par rapport à quoi serons-nous connus d’ici 15 à 30 ans ?

Cette question est intéressante lorsqu’il faut valider la formulation de la vision, des valeurs et de la mission de son entreprise et opérer des choix stratégiques d’actualisation et de réorientation du business model ou d’affiner votre promesse de marque et les choix qui vont marquer l’expérience client, la proposition de valeur ou vos avantages compétitifs.

4️⃣ Si je suis renvoyé et qu’un nouveau dirigeant me remplace, qu’est-ce qu’il ferait pour rendre cette organisation plus performante ?

Il est facile et évident d’évaluer ce que ses prédécesseurs ont fait et de penser qu’on peut mieux faire. Mais l’autre façon de mieux opérer et piloter l’entreprise, c’est de se demander ce que ses prédécesseurs feraient mieux, arrêteraient de faire ou se mettraient à faire et le faire soi-même.

C’est une remise en question anticipée, une façon de faire bien les choses mieux que soi-même, autant que ses prédécesseurs et mieux que ses successeurs.

 

5️⃣ Qu’est-ce que mes successeurs dans 10 ans auraient aimé que nous ayons mis en place pour leur faciliter la tâche ?

Il n’y a rien de plus désolant pour un dirigeant que d’avoir opéré des choix et pris des décisions qui auront préparé des cadavres et des ossements dans les armoires pour ses successeurs. Comme on dit ‘’la qualité d’un succès est dans la qualité de la succession’’. Et si après vous c’est le chaos, vous n’aurez rien bâti. Et pour s’assurer d’avoir bâti quelque chose de sérieux et pérenne, il faut assurer l’efficacité durable des choix et actions que vous posez.

6️⃣ Supposons que dans 8 mois, notre entreprise a échoué. Quelles sont les raisons plausibles de notre échec ? Et si nous finissons par nous en sortir, qu’aurions-nous fait ?

Toutes les stratégies sont efficaces jusqu’à ce que vous voyiez les résultats en face et vous vous rendiez compte que vous êtes passés à côté de la plaque et parfois c’est trop tard. Et comme vous pouvez avoir l’impression d’être en train de bien faire les choses alors que ce n’est pas le cas, il faut prendre du recul de temps en temps pour évaluer vos choix et décisions et vous demander « Supposons que dans 8 mois, notre entreprise a échoué. Quelles sont les raisons plausibles de notre échec ? Et si nous finissons par nous en sortir, qu’aurions-nous fait ? Quelles tendances, processus, innovations devrions-nous surveiller pour maîtriser les enjeux ? Que devons-nous faire aujourd’hui pour améliorer nos chances de réussite ? ».

 

7️⃣ De combien de temps nous disposons avant d’être en danger ?

Faire la bonne chose au mauvais moment c’est comme faire la mauvaise chose. Et vous avez déjà entendu qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Ce n’est pas parce qu’un concurrent a lancé un nouveau produit ou a baissé les prix que vous devrez faire pareil. Il faudra regarder de près de quoi il est question, votre situation actuelle, les enjeux et les opportunités ainsi que la valeur actuelle ajoutée et la complémentarité de tous les nouveaux choix avec vos avantages compétitifs actuels. Et pendant que vous travaillez à analyser ces points, posez-vous et répondez constamment à la question suivante : « De combien de temps nous disposons avant d’être en danger ? ». Accélérez ou décélérez en fonction de votre réponse.

La box management simplifié - choix porteurs pour le dirigeant

👉🏽 Découvrez-la Box du Management Simplifié en cliquant sur le lien suivant : 🔗LA BOX DU MANAGEMENT SIMPLIFIE 

 

8️⃣ Si je devais recruter à nouveau, est-ce que je recruterais ce collaborateur-ci ?

Tous les choix de recrutement sont bons jusqu’à ce que vous vous rendiez compte de ce que la plupart des gens avec qui vous travaillez ne comprennent toujours pas les enjeux, ne sont pas toujours à la hauteur des enjeux ou n’aiment pas le type d’enjeux que vous avez à traiter.

Vous ne posez pas la question parce que vous devez vous séparer d’eux pour vous décider rapidement, à vous séparer d’eux lorsque l’occasion se présentera. Rien ne fait hésiter un manager que le fait d’avoir à se séparer d’un collaborateur plus ou moins bon. C’est là où vous devez vous poser la question : « Si je devais recruter à nouveau, est-ce que je recruterais ce collaborateur-ci ? ». Si la réponse est NON, séparez-vous de lui sans attendre.

La question est aussi intéressante lorsque vous devez arrêter les critères que vous devez utiliser désormais pour recruter. Pour définir les critères, demandez-vous : « Quels sont les critères éliminatoires qu’il ne remplit pas et que toute personne que je vais recruter devra remplir absolument ? ».

 

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO


Laisser un Commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

4.7/5 - (4 votes)

A propos de H&C PUBLISHING

Que ce soit à travers nos 90 livres, guides pratiques et ebooks, nos quatre (4) magazines (Impulsion des PME, MonSuccès, Vendeur d’Elite ou encore Le Catalyseur de Performance, nos contenus digitaux avec les appliMobiles H&CMAG, HCBOOK & BOOK4FRENCH, NOUS VOUS APPORTONS LE MEILLEUR DE L’iNFO-PERFORMANCE


NOUS CONTACTER

TELEPHONE


[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]