Le coaching comme solution aux nouveaux défis managériaux

/, Croissance Personnelle, Leadership, LEADERSHIP/Le coaching comme solution aux nouveaux défis managériaux

Le coaching comme solution aux nouveaux défis managériaux

Il y a quelques semaines, Starbucks a fermé près de 7.500 boutiques aux USA pour former ses collaborateurs sur les questions raciales suite à des incidents vis-à-vis de la communauté Afro-américaine. Même si un bon coup de pub, il en faudra plus. Il leur faudrait inscrire ça dans le temps. Je suis toujours peiné de voir des entreprises discuter longtemps les prix des formations et négocier pour que cela dure le moins possible parce que l’entreprise doit tourner. Ce que je peux comprendre, mais quand le prend l’exemple de Starbuck, je me rends compte qu’une entreprise lorsque son devenir est en jeu elle peut prendre des mesures fortes.

Un DFC d’un fond de garantie me confia qu’il avait suivi avec les autres collaborateurs de son, une formation sur la cohésion d’équipe il y a quelques temps mais cela n’a pas empêché l’entreprise de connaitre une scission. C’est tout simple, les One shoot ne fonctionnent plus. Il faut plus que des formations isolées pour régler les défis auxquels les entreprises sont confortés aujourd’hui.

  1. Les défis sont désormais journaliers

Il y a de deux à quatre décennies en arrière, les défis auxquels les entreprises sont confrontées, étaient plus constants, parce qu’il y avait moins d’informations à absorber et à gérer. Le monde était moins connecté. Les flux financiers en tout cas pour le cas de l’Afrique n’étaient pas très forts, du coup il y avait moins de risques. La crise des subprimes suivie de la crise financière mondiale, a démontré la forte connectivité des systèmes de façon générale et les risques de chute en séries des économies et par effet d’entrainement les entreprises. On se rend compte donc que la vie de l’entreprise et sa survie est devenue journalière.

Une entreprise peut faire une entrée fracassante en bourse et lever des milliards le matin et le soir à cause de l’effet papillon d’une petite rumeur à des milliers de kilomètre, peut perdre tout son actif et même déposer le bilan. Ainsi dans un monde comme celui-ci, aussi fluctuant, aussi incertain, la formation ne peut plus se faire de façon sporadique et l’entreprise ne doit plus penser à envoyer quelques collaborateurs en formation. Certaines le font parce qu’il faut respecter la législation, ou elles se rendent compte que cela fait plusieurs années qu’elles n’en ont pas fait ou encore parce ce qu’elles sont en période de baisse d’activité et disposent d’un peu de temps. Comme le dit Anthony Robin, il n y a pas un problème que la formation ne peut résoudre.

Les défis aujourd’hui étant journaliers, la formation étant un outil qui permet le nivellement technique, technologique, émotionnelle, comportementale, mentale, des compétences financières…. des collaborateurs face aux challenges constants, elle ne peut pas ne pas être constante et continue. A défaut, vos collaborateurs devront faire face à des défis auxquels ils ne sont pas préparés et c’est la remarque faite au quotidien dans les entreprises. Les gens sont submergés par les défis qu’ils sont censés gérer et utilisent constamment leurs bons sens pour s’en sortir.

UNE QUESTION : POURQUOI LES MILITAIRES S’ENTRAINENT CONSTAMMENT, ET PLUS EN TEMPS DE PAIX ?

  1. Les managers sont constamment challengés

Les managers ne sont pas pour une bonne partie outillés à gérer les défis que posent l’entreprise, les collaborateurs et le monde de façon générale. Beaucoup essaient de gérer avec leurs bons sens. Or comme vous le savez, le bon sens évolue en fonction des personnes en présence et de l’espace géographique. Le bon sens d’un individu est le fruit de ses croyances, vécus, expériences, religion, son milieu socio-culturel… Ainsi, il y a autant de managers autant de bons sens en présence. Par contre pour la gestion d’une entreprise et d’une équipe, ce sont des principes et les valeurs qui rentrent en ligne (je ne dis pas que le bon sens n’a pas sa place). Il peut y avoir des ajustements en fonction de l’espace géographique, mais fondamentalement ils sont impersonnels.

Une entreprise qui ne forme donc pas de façon continue ses collaborateurs pour qu’ils soient au courant des évolutions dans le mode de gestion, aura des managers qui essaieront de conduire des équipes avec des méthodes dépassées. C’est comme par exemple l’on remet une calculatrice, une feuille et un stylo à un Directeur financier et comptable aujourd’hui pour qu’il fasse son travail dans une entreprise où l’agent de sécurité même possède un Smartphone et utilise Excel pour faire son budget familial.

Je ne vous apprends rien en disant que même nos enfants aujourd’hui on ne peut pas les éduquer avec les méthodes de nos parents. Parfois même l’éducation est journalier tous les jours nos enfants nous challenges, chaque qu’ils reviennent de l’école, c’est avec de nouvelles questions. Tous les jours se sont de nouvelles questions. Tu penses t’être sorti d’affaire après avoir répondu à une série de questions, mais quelques jours après, se sont encore d’autres questions encore plus fortes.

 

  1. Le travail est devenu du jetable : les gens ne sont plus carriéristes

Vous l’avez certainement remarqué comme moi. Le travail est devenu quelque chose de jetable aujourd’hui. L’entreprise est comme un Fastfood. Elle est également sujette au principe de l’immédiateté qui caractérise le monde d’aujourd’hui. Nous courrons tous derrière la satisfaction immédiate. Nous voulons tout et en même temps. Les gens ne sont plus carriéristes. Il y a quelques décennies, lorsque vous trouvez du travail, dans votre esprit vous savez que c’est parti pour la retraite et c’était clair dans l’esprit des gens. Même la famille organise une fête parce qu’un fils est sorti définitivement du chômage. Aujourd’hui déjà à l’entretien, le candidat vous dit clairement le nombre d’années qu’il compte faire dans votre entreprise, le temps de rassembler un capital et acquérir de l’expérience afin de créer sa propre entreprise plus tard.

Il y a de moins en moins de la loyauté dans les entreprises. Le mode de gestion d’une entreprise ou d’une équipe dans de telles conditions doit être constamment actualisé et éprouvé. Les juniors challengent constamment les managers. Si vous demandez à un collaborateur de se lever, il vous demandera pourquoi il devra se lever. Si vous suggérez une méthode de rédaction d’un rapport, c’est possible que votre collaborateur utilise une autre qui selon lui est meilleure à la vôtre. Lors des réunions, votre avis est challengé…

Les managers ont aujourd’hui des défis de :

  • Maitrise émotionnelle,
  • Leadership,
  • attitude supérieure
  • Confiance en soi et aux autres pour de la délégation par exemple,
  • Management de soi
  • Coaching des collaborateurs…

Face à toutes ces fluctuations, seule la formation peut aider les entreprises à s’en sortir. Lorsque je parle de la formation, c’est de la formation couplée à des séances de coaching personnalisé. J’ai remarqué que quelque soit la qualité d’une formation, les effets s’estompent très rapidement les semaines et les moins qui suivent. La motivation et l’engagement libéré au cours des formations non seulement ne durent pas tellement dans le temps, mais les participants lorsqu’il s’agit pour eux de mettre les choses en pratiquent n’étant plus dans les conditions de la formation, retombent dans les anciennes pratiques.

Parfois certains craignent que les outils obtenus dans les formations ne puissent pas marcher dans leurs contextes. D’autres ont peur de la réaction de leurs collègues et collaborateurs quand ils voudront mettent en pratique ce qu’ils ont appris. Mais en réalité ce ne sont pas les outils le défi mais l’attitude du participant à pouvoir tenir et se mettre la pression face au changement qu’il doit opérer. Ne voulant donc pas se mettre cette pression, c’est plus facile de tomber dans les anciennes pratiques au moins qu’on connait.

QUE FAIRE ?

Le coaching donc permet d’accompagner les gens et être en lisère du terrain de match pour donner les instructions et recadrer. C’est vraiment comme un coach sportif, il ne reste pas dans les vestiaires après les entrainements, il ne rentre pas non plus dans sur le terrain mais est à la lisière pour suivre ses joueurs. Le Coach/Formateur enseigne et forme mais est là aussi pour aider le coaché sur les défis contextuels. Je pense que c’est ce à quoi les entreprises doivent tendre. Les formateurs devront être couplés avec des séances de coaching personnalisé systématiquement sur une période donnée (3 à 12 mois) en fonctions des challenges pour aider les gens réellement et surtout les autonomiser. L’idée n’est pas de suivre constamment les gens mais de les aider vraiment à réussir. L’accompagnement doit être permanent

A votre réussite

Par Marcellin S. GANDONOU,

Coach, Auteur et Directeur Général The H&C Group. Il est auteur de 11 livres dont Accélérez vos performances, La pratique de la prospérité intérieure, Le Nouveau Leadership et L’Ultime Bible du Leadership. Il a déjà coaché plusieurs dirigeants, cadres d’entreprise et entrepreneurs, architectes, notaires, avocats, magistrats et officiers de l’armée au Togo, au Bénin, au Burkina et au Mali.

 

Par | 2018-08-13T17:35:12+00:00 août 13th, 2018|Catégories : Bien-être, Croissance Personnelle, Leadership, LEADERSHIP|0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.