9 façons de se faciliter la vie en tant que leader

 

Est-il vraiment possible de se faciliter la vie en tant que leader ?

Si je vous dis que le leadership est l’exercice le plus simple au monde, vous allez me dire que ce n’est pas si évident que ça. En réalité, je n’ai pas dit que c’était facile. J’ai dit que c’est simple.

Pour ce que je sais, en travaillant depuis 2003, à bâtir une entreprise multinationale avec plus de 11 filiales réparties dans 9 pays africains et aux Etats-Unis où je ne suis pas obligé d’être présent personnellement, je sais maintenant qu’il existe des méthodes, règles et principes simples de se faciliter la vie en tant que leader.

Laissez de côté les théories du management et les styles dits de leadership ou encore le leadership dit occidental ou africain…La chose est un peu plus simple que cela… Laissons de côté le relativisme et voyons de près l’essentiel. Répondons à la question suivante : « Est-ce que j’arrive à produire du résultat en tant que leader ? ».

Il existe certainement une façon de se faciliter la vie en tant que leader. Voici 9 façons de se faciliter la vie en tant que leader :

1. Faire de terminer ses journées sur une note positive une priorité

La note amère que nous ressentons à la fin d’une journée et qui nous crée du dépit n’est que le fait de ce que nous avons mis dans notre assiette du jour…

Le défi, c’est que la plupart des gens pensent qu’ils doivent consommer tout ce qui leur arrive de bien et de mal dans une journée…La conséquence est qu’ils sont malheureux et ne savent pas que c’est parce que ils ont concocté l’assiette du malheur et de la tristesse.

La saveur d’une vie, d’une journée ou d’une relation dépend de ce que nous retenons de la vie, d’une journée et d’une relation. Si nous retenons les choses intéressantes, elle est suave et délicieuse. Si nous retenons les choses décevantes, elle est amère.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

  • Je m’arrête chaque jour et à chaque instant pour concocter l’assiette du bonheur de ma vie, de mes journées, de mes relations et de mes situations en me demandant :

« Quelles sont les vraies choses intéressantes au sujet de ma journée, de ma vie, de cette personne, de cette relation, de cette situation ? »…

  • Faire la liste et me dire : « Je m’en tiens à cela et rien que pour cela, je peux rendre grâce ! ».

C’est tout ? Oui, c’est tout ! Faites cela et votre vie et vos relations seront plus formidables à déguster.

N’oubliez pas que le succès, c’est obtenir ce qu’on veut avoir. Le bonheur, c’est apprécier ce qu’on a.

2. Réserver la colère, les attaques et les frustrations au non leader

Un leader devrait être stratégique dans l’allocation de son énergie passionnelle et la réserver exclusivement pour l’alimentation des projets et de la vision qu’il veut voir prospérer…

Curieusement, lorsque la plupart des gens sont en face de situations qui ne les aideront en rien à réaliser le plus rapidement possible leur vision de leader, ils y mettent leur concentration, leur énergie et leur temps.

Ils sont les mêmes à être frustrés de voir que leurs projets n’avancent pas…Et là encore ils s’en prennent au gouvernement, aux collaborateurs, au climat des affaires et d’insécurité, aux climats et aux saisons, à la concurrence et aux nouveaux colonisateurs….

Un leader est un pompiste qui sert stratégiquement son carburant énergique (émotionnel). A chaque fois qu’il le déverse par la colère, la frustration et l’acharnement, il tire le carburant dehors. A chaque fois qu’il l’oriente vers ses objectifs, il met le carburant dans le réservoir. A lui de choisir où il déverse son carburant.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

A chaque fois que je suis sur le point de mettre mon énergie dans la colère, la frustration et l’acharnement, je dois me demander :

« Où se trouve le réservoir de mes projets et de mes priorités ? » et réorienter mon énergie vers le réservoir de mes projets et de mes priorités.

 

3. Allouer stratégiquement son énergie et la mettre exclusivement dans ce que je veux voir s’améliorer

Le principe de l’allocation stratégique intelligente des ressources voudrait qu’on mette exclusivement son énergie dans ce qu’on veut voir évoluer et prospérer.

Mais la plupart des gens mettent leur énergie dans ce avec quoi ils ne sont pas d’accord. La conséquence est quand ils ont fini de s’opposer et de détruire, ils n’ont plus d’énergie pour corroborer et construire.

Lorsque vous détestez une chose et vous y opposez, elle bouffe votre énergie et prospère. Lorsque vous appréciez une chose et l’encouragez, elle vous donne de l’énergie et de l’entrain et prospère.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

  • C’est là où je me concentre, c’est là où mon énergie va et c’est là où les résultats apparaissent. Si je veux utiliser stratégiquement mon énergie dans ce que je veux voir prospérer.
  • Au lieu de m’acharner sur ce que je n’aime pas chez un collaborateur ou un enfant, je me concentre sur ce que j’apprécie chez lui et l’aide à le développer.
  • Si je ne le fais pas, je vais le stigmatiser et drôle de chose, il passera son temps à faire ce que je lui dis à chaque fois de ne pas faire.
  • Par contre, lorsque je lui parle de ce que je veux voir prospérer chez lui, je prive ce que je ne veux pas d’énergie et il ne peut plus prospérer.
  • Les gens ont tendance à faire ce qu’on apprécie de même que ce qu’on déteste constamment chez eux.

 4. Gérer efficacement les perturbations et les imprévues

Il y a toujours plus de peur que de mal et il y a une seule chose importante qu’il faut pour être sûr de produire du résultat.

La plupart des gens perdent le contrôle et se précipitent ou distillent du stress dans leur entourage alors qu’un peu de sérénité suffit pour bien faire la bonne chose.

Lorsqu’on a peur avant d’avoir besoin d’avoir peur, on n’a toujours plus peur qu’il ne faut.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

Lorsque j’ai une idée précise de ce que je veux, je le fais en toute sérénité. Lorsque je n’ai pas une idée claire de ce que je dois faire exactement, je prends tout le recul et tout le calme nécessaire et me poser les 3 questions importantes suivantes :

  • Quel est l’objectif ?
  • De quoi est-ce que j’ai peur et qui me fait perdre mon calme et ma lucidité ?
  • Sur quoi je dois me concentrer pour retrouver ma sérénité et ma lucidité et décider exactement ce que je dois faire ?

5. Utiliser efficacement son usine de décontamination

Lorsque vous allez voir un vieux sage pour présenter une préoccupation ou une bonne nouvelle, il vous répond presque toujours : « J’ai compris. Je vais te rappeler plus tard ». Ensuite, il utilise son usine d’interprétation et de décontamination interne pour :

  • Prendre du recul
  • Etre objectif et orienté résultat
  • Faire les bonnes analyses et interprétations
  • Voir clairement les priorités
  • Lire ce qu’on ne peut pas lire sous le coup de l’émotion.

Les autres leaders veulent répondre immédiatement et intoxiquent et enveniment les situations et les relations.

La sérénité d’un leader se détermine dans sa capacité à savoir quand il faut ETRE INSOUCIANT et quand il ne faut pas ETRE NEGLIGENT.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

  • Réagir tout de suite donne l’impression de ne pas ETRE NEGLIGENT…Mais il faut être INSOUCIANT, s’éloigner des soucis immédiats, pour voir et anticiper sur ce qui n’est pas visible.
  • Devenir stratégiquement INSOUCIANT lorsque le choix stratégique à opérer n’est pas clair, évident, objectif, desémotionnalisé et clairement orienté résultat.

6. Donner à ses collaborateurs l’amour qu’on attend d’eux

La plupart des leaders aimeraient qu’on les suit mais méprisent et détestent les gens qu’ils veulent mobiliser et diriger…

Paradoxalement, ils sont surpris que leurs enfants et leurs collaborateurs ne les aiment pas, ne les suivent pas et ne veulent pas les suivre…

Les gens suivent ceux qui les aiment et ceux qu’ils aiment. Si bien que si vous voulez qu’ils vous suivent, vous devez les aimer et vous faire aimer.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

  • Si je veux réussir avec une personne, je dois lui montrer que je suis la personne qui l’aime plus que quiconque au monde et lui montrer de façon inconditionnelle plus d’amour et d’attention plus que quiconque au monde au point où ils finissent par se dire, même lorsque je veux lui imposer des choses :

« Il s’est toujours battu pour mon bien. Donc s’il me demande de faire une chose, ça doit être pour mon bien ».

Voilà comment les grands leaders renforcent leur influence. Ils sèment invariablement et inconditionnellement l’amour dans les autres et récoltent la crédibilité, l’adhésion, la paternité et la fidélité…

7. Insister uniquement sur ce que je veux obtenir ou voir s’améliorer

Lorsque nous passons notre temps à parler d’un défaut qu’une personne a, elle s’empire. Et lorsque nous passons notre temps à parler d’une qualité qu’une personne a, elle s’améliore.

Curieusement, la plupart des leaders préfèrent parler de ce qui ne va pas plutôt que de ce qui va.

Les gens font ce dont on parle.

Si bien que si je veux qu’ils soient à l’heure, je dois leur dire d’être ponctuel plutôt que de leur reprocher leur retard. Si je veux qu’ils soient respectueux, je dois leur parler avec respect plutôt que de les insulter constamment.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

  • Faire la liste des qualités de chaque personne avec qui je travaille et surtout des 5 raisons pour lesquelles je les ai recrutés et leur parler exclusivement de cela chaque jour.
  • C’est tout ? Oui c’est tout ! Sinon qu’est-ce qui va se passer si vous parlez de ce que vous n’aimez pas en eux ?

8. Arrêter de punir ou de m’acharner sur mes collaborateurs pour des choses que je ne les ai pas coaché suffisamment à faire

Pour réussir à faire une chose, les gens ont besoin de passer trois étapes :

  • Entendre parler de cela
  • Avoir vu quelqu’un le faire avec succès
  • Avoir vécu et compris par eux-mêmes comment ça marche parce qu’ils ont été accompagnés à cet effet.

Paradoxalement, la plupart des managers s’arrêtent au point 1 et punissent leurs collaborateurs d’avoir mal alors qu’ils ont mal fait leur travail du moins ne sont pas allés jusqu’au bout.

On ne peut pas reprocher à une personne d’avoir mal fait ce qu’on ne lui pas appris à faire.

On ne punit pas un ignorant parce qu’il ne sait pas ce qu’il a fait de mal.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

Pour ne pas m’acharner pour rien, me faciliter la tâche et leur faciliter la tâche, je dois :

  • Leur présenter les enjeux
  • Leur présenter le canevas
  • Leur proposer un modèle/exemple
  • Faire avec eux pour qu’ils voient
  • Les challenger pour le faire à leur tour
  • Les accompagner jusqu’à ce qu’ils le maitrisent et que je n’ai plus besoin d’intervenir

Mon travail n’est pas terminé avant.

9. Faire réussir mes collaborateurs pour ainsi leur donner une raison de me faire réussir

Il n’y a pas de camion de déménagement derrière un corbillard ; il peut y avoir une foule de gens acquis à notre cause. Si bien qu’à la fin de la journée, notre vraie réussite, c’est ce que nous investissons dans les autres et ce que nous avons réussi avec les autres.

Paradoxalement, la plupart des leaders passent leur temps à rechercher leur propre réussite au lieu de travailler à réussir avec les autres.

Pour un leader, réussir et gagner, c’est faire réussir les autres, réussir et gagner avec les autres.

Pour m’assurer de se faciliter la vie en tant que leader,

Vivre mon plaisir quotidien au bonheur de servir, d’être utile, d’être leader, d’être une source d’inspiration, d’accompagner les autres dans leur réussite et réussir avec les autres.

  • Livre LE POUVOIR DE L’INFLUENCE (Ebook)
  • Livre RELOOKEZ VOTRE LEADERHIP (Ebook)
  • Livre AUDIO LE POUVOIR DE L’INFLUENCE (3 audio/mp3)
  • 5 modules vidéos : Passer les 5 niveaux de leadership
  • 6 modules vidéos : Leadership & Maitrise Emotionnelle

CLIQUEZ ICI POUR COMMANDER LE KIT POUVOIR DE L’INFLUENCE

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est coach et auteur de 35 livres et a co-fondé The H&C Group (www.hcbusiness.com) comprenant 11 entreprises dont H&C MAGAZINES LLC aux Etats-Unis, H&C Magazines CI, H&C au Bénin, au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Togo, au Gabon, au Mali. The H&C Group est le leader en Afrique de l’Ouest et du Centre pour les Programmes de coaching des dirigeants, les parcours coaching managers et les programmes de développement du leadership. Société Générale Cameroun, MTN Bénin, Les Brasseries du Cameroun, Total, Nsia Participation (Nsia BANQUE & Nsia Assurance), Saham Assurances, CBAO/Groupe Attijariwafa Bank, BICICI (BNP Paribas), CFAO Motors CI, Programme Alimentaire Mondial, SOS Village d’Enfants (Afrique de l’Ouest et Centre), Togocel, Togo Telecoms, Diamond, BGFI Bank, Sunu Assurances, L’Africaine des Assurances CI, Barold Assurance, Alink West Africa, Dubai Ports Dakar, Ecobank, Bayer Crops Science, CCA Banque (Cameroun), Banque Atlantique Togo, Oryx Sénégal, Radisson Blu Bamako font partie de ses nombreux clients corporate…Il offre également des programmes de coaching pour les avocats, notaires, pharmaciens, médecins, architecte, responsables de PME…The H&C Group est l’éditeur des magazines Impulsion des PME et Impulsion de Mon Succès. Plus d’information sur www.hcbusiness.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *