9 lois inviolables des startups qui réussissent

///9 lois inviolables des startups qui réussissent

9 lois inviolables des startups qui réussissent

Vous voulez faire partie de la liste des startups qui réussissent, qu’on cite en exemple? Sachez que lorsque vous lancez votre propre startup, le plus important n’est pas de savoir si vous avez une bonne idée ni si vous aurez le financement nécessaire pour faire décoller votre startup…Le plus important, c’est de savoir si vous savez dans quoi vous vous êtes mis et quelles sont les règles, principes et lois inviolables que vous devez respecter pour réussir à faire décoller votre startup, faire du chiffre et bâtir une entreprise de légende.

Les 14 dernières années, j’ai co-créé avec mes associés jusqu’à 11 entreprises qui ont passé le test des 5 ans et qui dominent leurs marchés. Avec le recul et vu la rapidité et l’efficacité avec lesquelles nous lançons de nouvelles entreprises, j’ai compris qu’il y a des lois inviolables qui quiconque lance sa propre entreprise doit respecter. Commencez avec les 9 lois suivantes ; elles font partie des règles que les startups qui réussissent respectent. Voyez comment vous allez les respecter pour faire marcher votre startup.

  1. La loi de la vanité du réalisme

Il n’y a pas d’idée qui soit peu réaliste. Il n’y a que la foi qu’elle peut se réaliser qui compte.

Lorsque vous mettez sur la table une nouvelle idée d’entreprise, c’est que vous décidez de vous battre pour créer quelque chose qui n’existe pas encore. De ce fait, vous n’aurez pas besoin d’être réaliste. Ce dont vous avez besoin, c’est d’avoir fortement et totalement la foi que votre idée va finir par se réaliser même si elle n’a rien à voir avec votre réalité actuelle. C’est parce que vous voulez changer votre réalité que vous décidez de lancer une nouvelle idée, donc elle n’a pas besoin d’être réaliste.

En 2003, alors que nous étions encore étudiants à Dakar, après avoir passé plus de six mois à découvrir les nouvelles opportunités qu’Internet offrait comme moyen de lancer sa propre entreprise, je me rapprochai de mes promotionnaires et surtout ceux avec qui j’avais quitté le Bénin pour aller étudier à Dakar. « Nous allons créer un site Internet qui va vulgariser les meilleures pratiques de gestion en proposant des outils, de l’information et des outils pour créer et développer une entreprise. Ainsi nous aurons la possibilité de mener une carrière de consultant formateur international ». Les commentaires que j’ai eu de la part de mes promotionnaires, n’étaient aucunement de nature à m’encourager. Mais le commentaire qui m’aura le plus marqué est celui-ci : « Hermann, il est permis de rêver mais il faut rester réaliste. Comment toi qui n’as même pas encore terminé tes études vas créer un site web pour informer et former des gens qui devraient te recruter ? ».

J’ai pu répondre : « C’est parce que je ne veux pas avoir à demander un emploi surtout que j’ai décidé de créer ce site Internet ». Le reste est de l’histoire et la bonne nouvelle, c’est que j’ai créé le site gestiondelentreprise.com et ait employé mon ainé (que j’aime d’ailleurs) qui avait fait ce joli commentaire. J’ai appris pour ma gouverne, les leçons suivantes que je voudrais partager avec vous.

  • Le but du rêve entrepreneurial, c’est de créer une valeur et une nouvelle réalité qui n’existe pas encore. Si bien que si vous ne rêvez pas de créer quelque chose de nouveau, vous n’allez  particulièrement rien réaliser d’exceptionnel.
  • Le génie entrepreneurial, c’est de prendre un rêve et le transformer en réalité. Cela suppose que vous décidez de prendre des choses qui n’existent pas encore et de les réaliser ou de faire passer à des dimensions que personne n’a jamais atteintes encore. Vous n’aurez pas besoin d’être réaliste.
  • L’un des exploits que vous puissiez accomplir ce n’est pas votre capacité à réaliser de grandes choses. Mais, Le vrai exploit, c’est lorsque vous osez rêver de ce que personne ne veut réaliser et ne croit pouvoir réaliser, ou qui fait trembler les autres et vous donner le courage de le réaliser.
  • Tout ce que vous décidez de réaliser existe quelque part et vous supplie de le réaliser. Il contient le secret de sa propre réalisation. Si vous faites de la fixation sur lui, il vous livrera tous les secrets de sa réalisation. Vous pouvez étudier la pratique de la possibilité dans le Guide Pratique de la prospérité intérieure à cet effet.
  • Vous allez être combattu – surtout par vos propres doutes- si vous décidez de réaliser quelque chose qui sort de l’ordinaire, mais n’oubliez pas que si vous vous concentrez et ne perdez jamais de vu l’exploit que vous voulez réaliser, vous allez finir par le réaliser. Les gens n’aiment que la réalité actuelle et veulent s’en contenter ; si vous avez la vision d’une nouvelle réalité, personne ne sera d’accord avec vous jusqu’à ce que vous la transformiez en réalité et tout le monde sera d’accord avec vous. Personne ne sera jamais d’accord avec vous jusqu’à ce que votre vision soit transformée en réalité.
  1. La loi de la prééminence du modèle de revenu

Ce qui compte, ce n’est pas le nombre de Fan ou d’utilisateurs que vous avez ni comment en avoir plus mais combien vous générez et à quel point vous pouvez gagner plus.

Il doit arriver un moment où vous devez arrêter d’avoir des fans pour chercher à avoir des clients. C’est bien si les journaux et le public parlent en bien de vous. Mais ce qui compte plus pour vous, c’est de savoir combien parmi les gens qui vous admirent veulent acheter et peuvent acheter et vont acheter pour vous permettre de gagner de l’argent.

L’un des pièges dans lesquels tombent la plupart des start-uppers,  c’est le fait de se laisser distraire par la couverture médiatique. Ils lancent un concept génial d’une grande utilité qui fait que les médias s’intéressent à eux, au point que tout le monde veut leur donner des interviews. Ils ont subitement l’impression d’avoir de la réussite. La bonne nouvelle dans ces cas, c’est que les investisseurs peuvent également s’intéresser à eux. Mais ce qu’ils oublient, c’est que l’engouement des médias ne garantit en rien l’engouement des utilisateurs.

L’exemple le plus parlant, c’est le cas de Twitter qui a l’engouement des médias, des utilisateurs et des investisseurs mais continue de mettre du temps à générer du revenu substantiel pour devenir une entreprise très rentable.

  • C’est un bon signe si vous jouissez de l’engouement du public, mais la question la plus importante à laquelle vous devez pouvoir répondre le plus tôt est la suivante : « Comment nous vendons pour générer les premiers revenus et ensuite devenir rentable ? ».
  • Ne pensez pas si vous êtes plus connu auprès du public, vous allez vendre. Ce n’est pas la notoriété qui permet de vendre mais plutôt la pertinence de votre offre et votre capacité à la vendre et convaincre les gens de donner l’argent pour l’avoir et l’acheter encore et encore.
  • Créez le plus rapidement possible votre schéma de vente pour faire passer efficacement tous ceux qui s’intéressent à vos produits dans le couloir qui les conduira ou conduira une bonne partie parmi eux à des achats rentables.
  1. La loi de la fiabilité des conduits d’argent

Le plus gros défi du financement au 21è siècle n’est pas l’affaire au financement mais l’assurance de la gestion des circuits et des conduits d’argent au sein de l’entreprise financée qui fassent que les montants investis soient bien utilisés, bien optimisés et fructifiés et bien sortis sous forme de retour sur investissement pour ceux qui y ont mis leur argent.

Je peux dire maintenant que la chose la plus facilement pour moi, c’est de trouver du financement pour mes projets. Et ceci pour plusieurs raisons : 1) Je sais monter des affaires lucratives et attractives. 2) Je peux montrer à tout investisseur que c’est une affaire lucrative et attractive. 3) J’ai la crédibilité nécessaire pour donner suffisamment de confiance aux investisseurs.

Mais, par le passé et par un passé récent, je n’ai pas toujours su assurer le retour d’investissement pour certains projets pour lesquels j’ai engagé des financeurs et ce pour une raison suffisante : je n’ai pas suffisamment huilé ma machine interne pour m’assurer de ce que non seulement les tuyaux d’argent existaient au sein de notre entreprise. Nous avions d’ailleurs des goulots d’étranglements dont la gestion que je faisais des financements, la rigueur nécessaire pour ne les mettre que dans l’objectif du financement, la concentration à produire le plus rapidement et le plus rentablement possibles, à les écouler et à retourner l’argent le plus diligemment possible. J’ai appris maintenant à mes dépens qu’aussi longtemps que je n’ai pas assuré la fiabilité de mes conduits internes de gestion d’argent, je n’ai plus le droit d’aller chercher le financement d’autrui.

  • Si vous avez des goulots d’étranglement au sein de votre nouvelle affaire, et n’avez pas bouché les trous et que votre entreprise est une passoire, vous n’allez pas réussir à assurer le retour sur investissement pour vos financeurs.
  • Il n’est point besoin ici d’insister ici pour dire que vous devez vous assurer de garantir que votre système interne va vous permettre de générer, de protéger, d’optimiser et de fructifier abondamment le revenu pour vous assurer votre retour sur investissement avant d’y mettre votre propre argent ou l’argent des financeurs.
  • Il n’est pas besoin de rappeler à toute personne qui souhaite avoir du financement qu’il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. De ce fait, la bonne règle pour être sûr d’avoir du financement encore et encore, c’est d’instaurer la rigueur financière nécessaire pour assurer aux investisseurs leurs retours sur investissement attendus.
  1. La loi de la vanité de la possession

Ce n’est pas celui qui a une idée qui l’a, mais celui qui a les moyens de la déployer. Autant la lui vendre ou composer avec lui.

La plupart des créateurs d’entreprise ne savent pas qu’ils n’ont pas d’idée d’entreprise à moins que ce soit clairement la personne qui peut la mettre en œuvre et jusqu’à ce qu’ils commencent à convaincre les gens de les aider à la financer, que ce soit les clients par préachat ou intention d’achat, les parents et amis par solidarité, les investisseurs par intérêt financier…

Beaucoup a été dit au sujet de la création de Facebook et comment Mark Zuckerberg aurait volé une idée originale suggérée par les frères Cameron et Tyler Winklevoss et leur camarade de classe Divya Narendra. Selon ces derniers, ils auraient demandé à Mark de les aider à réaliser un site qui serait dédié aux étudiants de Harvard. Une entente a été trouvée pour que Mark Zuckerberg verse une somme aux frères Winklevoss pour compensation de manière à ce que ces derniers mettent fin à leur poursuite.

Mais ce que les frères Winklevoss savent certainement, c’est qu’ils n’avaient jamais imaginé Facebook atteindre la dimension qu’elle a atteint aujourd’hui et peut-être n’étaient pas prêts à se lancer dans l’aventure qui le conduirait au niveau auquel il est aujourd’hui.

L’autre chose, c’est que Mark Zuckerberg n’aurait pas pu rêver de faire passer l’entreprise à une telle dimension si ce n’est avec l’apport de Sean Parker qui a su reconnaître très tôt le potentiel de Facebook. Parker joua un rôle de plus en plus grand dans le développement du site jusqu’à en devenir le président (prenant possession de 7 % du capital et faisant de lui un milliardaire). C’est Parker qui fut, pendant environ un an, l’éminence de l’entreprise et qui attira de nombreux investisseurs à l’instar de Peter Thiel (Fondateur de Paypal).

  • Il faut plusieurs concours de circonstance pour transformer une idée d’entreprise en une entreprise à succès. Et c’est la capacité à attirer et à utiliser ces concours de circonstances qui fait la différence.
  • Aucune idée d’entreprise ne suffit à elle seule, quelle que soit son originalité…IL faut un porteur d’idée astucieux, ouvert qui sait attirer les hommes et les ressources nécessaires à la mise en œuvre l’idée.
  • Une fois que vous avez une excellente idée, votre prochain défi, c’est de réussir à attirer suffisamment de personnes et de ressources pour vous permettre d’avoir l’effet de levier nécessaire à sa mise en œuvre à une dimension que vous n’avez jamais imaginé.
  • Beaucoup de gens n’ont pas pu porter leur idée à une dimension supérieure et elle est morte dans leur main parce qu’ils en étaient trop jaloux et n’ont pas su asseoir la synergie nécessaire à sa mise en œuvre intégrale au-delà de ce qu’ils pouvaient imaginer.
  • N’oubliez pas qu’il n’y a de richesse que d’homme. C’est votre capacité à attirer les hommes et les ressources nécessaires pour transformer votre idée en une entreprise prospère qui fera de vous un entrepreneur à succès.
  1. La loi de la validation par le gratuit

La performance de la version beta gratuite prédit la performance de la version beta payante. Si vous n’avez rien à offrir de gratuit, certains n’achèteront pas chez vous et ne sauront jamais que vous valez la peine d’être sélectionné.

L’autre façon de s’assurer de pouvoir vendre une fois son produit (ou son entreprise lancé), c’est de mettre sur le marché un produit test et voir la réaction des utilisateurs. Si les utilisateurs acceptent vous tester gratuitement et sont convaincus par les performances du gratuit, ils seront pressés d’avoir la version définitive.

C’est une tradition maintenant pour les développeurs de logiciels et d’application. Si vous voulez vous assurer de ce que votre prochain logiciel ou application puisse connaitre un succès sur le marché, ce que vous avez à faire, c’est de lancer une version BETA ou UNE VERSION D’EVALUATION que les utilisateurs vont essayer gratuitement en contre partie de leur adresse email. L’objectif était de vérifier la performance  du produit lorsque vous ne facturez pas et surtout collecter les informations qui vont vous permettre d’améliorer le produit et ses performances. Ensuite, vous proposez une évolution vers une version achetable présentant des fonctionnalités et des avantages meilleurs.

En général, jusqu’à 41% des gens qui ont utilisé gratuitement votre version beta achètent une version payante. Mais ce chiffre peut évoluer d’un marché à l’autre. Cette méthode peut être utilisée dans n’importe quel marché surtout si vous voulez que les gens développent l’habitude de consommer votre produit. Par exemple, la société de transport Lagunaire à Abidjan s’est lancée en proposant aux gens de monter à bord de ses bateau-bus gratuitement pendant une semaine. Ils vont ainsi drainer du monde pour faire découvrir leurs services…

  • Il est toujours plus efficace d’évaluer la propension de vos clients à acheter sur la base d’un échantillon de produit que sur la base d’une idée.
  • Si les gens acceptent ou prennent du plaisir en consommant votre version gratuite, il y a de fortes chances qu’une bonne partie parmi eux achètent votre version finale. N’hésitez pas à proposer une version gratuite pour tester l’acceptation du produit auprès de vos clients.
  • Si les gens découvrent votre produit et prennent du plaisir à les consommer, vous pouvez finalement les convertir en clients.
  • Si les gens hésitent en général à acheter un nouveau produit, c’est parce qu’ils ne sont pas sûrs des performances éventuelles du produit. Si vous leur permettez de tester la performance, ils seront plus enclins à passer à l’achat.
  1. La loi du réseau des 12 hommes

Il existe environ 12 personnes ou corps de métier dont la détermination et l’appui vous permettront de faciliter le décollage et le développement de votre entreprise. Assurez-vous de les avoir avec vous avant de vous lancer.

Vous devez trouver un moyen de convaincre vos partenaires sinon ils vont faire s’envoler l’âme de votre entreprise.

Le business des affaires est une affaire d’homme. Tout dépend de qui vous connaissez, qui vous connait, qui peut vous aider à tout moment et sur qui vous pouvez compter. Ce que la plupart des gens ignorent lorsqu’ils lancent leur propre entreprise, c’est qu’il existe des formalités qui lorsqu’elles sont remplies, les autres formalités deviennent plus faciles que ce qu’on peut imaginer. Avoir un réseau d’hommes et de femmes dans plusieurs corps de métier, vous facilitera la tâche lorsque vous aurez besoin de faire des formalités dans ses corps de métier.

Il y avait un entrepreneur dont le succès m’impressionnait. Je prie un jour mon courage à deux mains pour lui demander quel était le secret de succès de ses affaires. Il me répondit : « Je sais qui appeler pour initier, débloquer ou accélérer mes affaires ». Lorsque je lui demandai plus de détails, il m’expliqua : « Tout a commencé lorsque j’avais une marchandise à lever au port. J’avais relativement du succès et beaucoup de gens me connaissait dans mon milieu mais je me suis rendu compte que si je voulais faire débloquer ou accélérer l’opération, il me fallait payer des faux frais. Pour ne pas faire trop de bruit, je décidai de retourner chez moi. Le lendemain, j’ai fait la liste de 5 camarades de classes des plus brillants avec pour objectif de voir lequel parmi eux connaissait un douanier pour m’aider à débloquer l’opération. C’est à mon grand étonnement que je me suis rendu compte de ce que deux parmi eux travaillaient au Port justement dont l’un était douanier.

Sur cette base, je me suis dit qu’il y a bien d’autres corporations et domaines dans lesquels j’aurai besoin de temps en temps d’initier, débloquer ou accélérer mes affaires. C’est ainsi que j’ai fait la liste de 12 domaines avec 5 personnes dans chaque domaine avec qui je me suis mis à nourrir les relations. Aujourd’hui qu’il s’agisse d’un banquier, d’un assureur, d’un magistrat, d’un policier, d’un douanier, d’un notaire, d’un huissier, d’un enseignant, d’un hôtelier, d’un expert comptable, d’un diplomate, d’un médecin, d’un pharmacien, d’un inspecteur des impôts, des douanes ou du trésor ou autre, je peux te dire que les 3 meilleurs et les mieux placés du pays dans chacun de ses corps de métiers ont d’excellentes relations avec moi. C’est le secret de la réussite de mes affaires ».

  • Comme vous le savez, on ne sait pas de qui on pourrait avoir besoin demain. Vous n’avez pas à faire du trafic d’influence ni d’obtenir des faveurs pour outrepasser les procédures. L’idée d’avoir des contacts partout, c’est de pouvoir gagner du temps et ne surtout pas en perdre là où il ne faut pas.
  • Ne négligez pas le fait d’avoir des bons contacts un peu partout. Il y a bien de facilitation que le fait de connaitre des gens vous permettra d’avoir. Assurez-vous de tisser et nourrir votre réseau relationnel sur lequel vous allez vous appuyer pour développer vos affaires. C’est d’ailleurs une formalité des plus déterminantes.
  • Augmentez votre valeur personnelle de sorte que ce soit une fierté pour les gens de vous avoir comme ami et de vous servir lorsque vous aurez besoin de coup de main ou de facilitation. Si vous n’avez pas une grande valeur, il est possible que vous ayez besoin de vouloir valoriser en devant sortir de l’argent liquide.
  • Une fois que vous aurez développé votre réseau, utilisez-le pour développer vos affaires et assurez-vous d’être à chaque fois en de très bons termes avec vos relations.
  • N’oubliez pas la loi du donnant donnant qui nécessite que vous ayez été très utile aux gens bien longtemps avant de compter sur eux pour vous être utile. N’attendez pas d’avoir besoin des gens avant de les contacter. Préparez-vous à aider les gens bien auparavant avant d’avoir besoin d’eux.
  1. La loi du lancement libanais

Si ça peut commencer à vendre, commencez et vous aurez les moyens de terminer les travaux. Vous ne pouvez pas attendre d’être prêt si vous pouvez déjà commencer à vendre.

Nous parlons ici de la loi du lancement libanais parce que les hommes d’affaires libanais sont devenus maitre de la priorité donnée à la vente. Lorsqu’ils lancent un nouveau magasin, ils n’attendent pas de tout terminer avant de commencer par vendre. La bonne nouvelle est qu’ils financent les finitions avec les revenus des premières ventes. Ce qui réduit leur dépendance au financement extérieur et surtout leur permettent de tester la performance commerciale de leurs produits et services avant d’aller plus loin.

Lorsque le Supermarché du Pont avait décidé de déménager de l’ancien pont à Cotonou pour s’installer dans le quartier aéroportuaire de Cadjehoun, il s’est installé dans un immeuble en cours de finition et dont seul le rez-de-chaussée était achevé.  Au départ, cela paraissait un peu ridicule mais non seulement ils ont étendus progressivement le supermarché mais ils ont pu avoir des revenus pour mettre en haut du supermarché un hôtel.

Abidjan Mall, un nouveau centre commercial au Nord d’Abidjan a utilisé la même méthode. Ils n’ont pas attendus de terminer toutes les boutiques avant d’ouvrir le centre au public et progressivement, ils ont pu finaliser. Nous faisions partie des premiers clients à utiliser les salles de formation de Azalai Hôtel Abidjan et sans aucun doute, je peux dire qu’il y avait qu’une seule salle qui était prête…Mais ils se sont mis à vendre.

  • Soyez suffisamment malin pour privilégier la vente lorsque vous lancez une nouvelle entreprise. Lancer une entreprise, c’est lancer les ventes. Dès que vous avez le minimum pour lancer les ventes, n’attendez plus.
  • Ne passez pas trop votre temps à vouloir tester l’efficacité de votre produit sur le marché surtout si vous n’êtes pas en train d’essayer de vendre. Il n’y a que les efforts pour vendre qui vous confirmeront l’efficacité future de votre produit.
  • Soyez suffisamment gourmand pour vouloir gagner les premiers sous et n’attendez pas de finir tous les travaux et investissements avant de commencer par vendre. Si vous avez déployé l’essentiel pour pouvoir vendre, lancez les ventes.
  • Guettez les moindres indices qui montrent que vous pouvez commencer à vendre avant de poursuivre les autres formalités de lancement de  votre entreprise. La chose la plus importante que vous avez besoin de faire lorsque vous entreprenez, c’est de vendre.
  1. La loi des 3 mois

Il est difficile de financer le mois avec les recettes du mois.  Pour être sûr d’encaisser de l’argent pour financer le mois, les ventes doivent avoir été effectuées trois mois à l’avance.

En plus d’affecter des objectifs financiers clairs à chacun de ses produits et d’identifier clairement des produits à vendre pour atteindre ses objectifs financiers, l’entrepreneur doit absolument s’assurer de travailler et vendre trois mois avant le besoin de financement.

Je travaillais avec l’un de nos directeurs de filiale (The H&C Group) pour voir comment il comptait financer les trois mois suivants en terme de charge. Il me fit comprendre qu’il avait une promesse d’achat d’une entreprise qui allait organiser une formation en interne pour ses collaborateurs et qu’avec les recettes, il comptait financer les trois mois suivants. Je pris donc le soin de vérifier s’il avait déjà reçu le bon de commande avant de lui préciser : « Tu sais que tu n’as pas encore reçu le bon de commande. Tu sais que  cela pourrait prendre un mois, que vous n’avez pas encore fixé la date de formation et qu’il y a des questions de disponibilité à considérer et que cela pourrait nous prendre trois mois. Une fois la formation terminée, nous pourrions attendre peut-être 30 jours pour se faire payer. Comment peux-tu baser le financement de ton fonctionnement sur autant d’incertitudes ? ».

Nous les entrepreneurs avons souvent tendance à être très optimistes sans pour autant avoir une idée claire de comment nous comptons procéder pour vendre, couvrir nos charges et rentabiliser notre entreprise. Mais pour ce qui est du financement de son entreprise, il faut vendre trois mois à l’avance pour espérer disposer de l’argent pour financer votre mois.

  • Le principe est simple, si vous avez besoin de l’argent le 05 avril pour couvrir vos charges, vous devez avoir vendu pour le montant en question avant le 30 décembre de l’année précédente.
  • A moins d’avoir une entreprise qui a des produits qui fait rentrer de l’argent et vend presqu’au cash, vous devez tenir compte du fait que trois mois passerons en général et en moyenne avant que vous n’encaissiez une vente.
  • Tâchez de ne pas prendre les ventes, les commandes encore moins les promesses d’achat pour des certitudes de rentrée d’argent. Au contraire, si vous attendez une entrée d’argent qui va couvrir une charge donnée, ajoutez deux à trois autres entrées d’argent alternatives pour être sûr de couvrir la charge.
  • Ne supposez pas que vous allez avoir de l’argent entre temps pour couvrir vos charges, assurez-vous d’avoir plusieurs options de rentrée d’argent et travaillez à aller vendre, à livrer effectivement, à déposer les factures à temps, à recouvrer votre argent se trouvant dehors pour optimiser vos chances de toujours disposer de l’argent liquide pour vos besoins de fonctionnement quotidiens. Le but est de ne pas tomber trop tôt en manque d’argent liquide qui peut ralentir voire mettre fin à l’existence de votre entreprise.
  1. La loi des produits missionnaires

La meilleure façon de régler les questions de couvertures des charges et s’assurer de rentabiliser son entreprise, c’est d’affecter et d’identifier des sources de revenus claires et de créer des produits avec des actions adéquates pour drainer des revenus à partir de ces sources.

Vous aurez besoin de l’argent pour financer et continuer de pouvoir financer votre entreprise et il n’y a que vos produits et leurs ventes pour vous assurer de pouvoir atteindre cet objectif. Pour chaque besoin en financement et en ressources que vous aurez, vous devez savoir exactement quels produits vous aidera à y arriver.

L’idée ici étant d’affecter une mission à chacun de vos produits pour vous permettre de gérer des revenus susceptibles de couvrir des charges précises pour votre entreprise.

Lorsque nous avons lancé THE H&C GROUP, nous nous sommes basés sur un modèle classique de génération de revenu des cabinets de formation qui consiste à préparer un catalogue de formation à la carte ou sur mesure, à introduire des offres au sein des entreprises de même que des demandes d’agrément. Nous nous sommes rendus compte de ce que le délai des commandes des entreprises et des appels d’offres était tel que nous ne pouvions pas nous permettre d’attendre que les entreprises lancent des appels d’offre pour couvrir nos besoins en trésorerie (fonctionnement quotidien). Nous avons identifiés 4 objectifs financiers : 1) Couvrir les besoins quotidien de trésorerie ; 2) Couvrir les charges fixes mensuels ; 3) Atteindre le seuil de rentabilité ; 4) Ajouter une deuxième couche de profit.

Tout de suite, nous avons compris que les commandes de formation par les entreprises n’allaient pas nous permettre ni d’atteindre les objectifs 1) et 2). Il nous fallait créer des produits pour les couvrir. C’est ainsi que nous avons créé des mini-formations, des livres et des packs vidéos pour atteindre les objectifs 1 et des contrats de coaching avec paiement mensuel pour atteindre l’objectif 2. Ce qui a fait que la vente quotidienne des livres et mini-packs (de 5.000 à 29.000) nous permettait de disposer de quoi fonctionner chaque jour et les contrats de coaching avec paiement mensuel constituaient des revenus mensuels fixes qui nous permettaient de couvrir les charges fixes mensuelles (loyer et salaires).

C’est ainsi que nous avons arrêté de compter sur les appels d’offres et les gros contrats pour fonctionner et couvrir nos charges mensuelles. Ce qui a rendu l’entreprise moins vulnérable et plus autonome financièrement.

  • La seule façon de vous garantir à vous-même d’atteindre vos objectifs financiers, c’est de les affecter à des produits précis dont la vente vous permettra de les atteindre.
  • Il est illusoire de penser que vous allez couvrir vos charges alors que vous n’avez pas une idée précises des actions que vous allez engager pour vendre des produits précis générant des revenus précis (à bonne date) pour couvrir les charges qui vont échoir suivant une périodicité donnée.
  • La meilleure façon de vous assurer de couvrir vos charges, c’est d’avoir un plan d’action clair avec un modèle de revenu soutenu par un plan commercial concret que vous êtes sûr de pouvoir vous battre pour mettre en œuvre.
  • A la fin de la journée, le plus important n’est pas d’avoir les équipements et les outils. Si vous avez des défis financiers après avoir financé l’équipement et la matière première, vous devez savoir que vous n’avez pas affecté des objectifs à vos produits pour vous drainer du revenu abondant pour une couverture efficiente de vos charges.

Si vous pensez que ces lois vont vous être utiles, vous en découvrez 65 autres lois dans le Le Guide Pratique : Mon Entreprise de A à Z contenu dans le KIT DE LA CREATION D’ENTREPRISE. Cliquez ici pour vous commander.

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est coach et auteur de 35 livres et a co-fondé The H&C Group (www.hcbusiness.com) comprenant 11 entreprises dont H&C MAGAZINES LLC aux Etats-Unis, H&C Magazines CI, H&C au Bénin, au Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Togo, au Gabon, au Mali. The H&C Group est le leader en Afrique de l’Ouest et du Centre pour les Programmes de coaching des dirigeants, les parcours coaching managers et les programmes de développement du leadership. Société Générale Cameroun, MTN Bénin, Les Brasseries du Cameroun, Total, Nsia Participation (Nsia BANQUE & Nsia Assurance), Saham Assurances, CBAO/Groupe Attijariwafa Bank, BICICI (BNP Paribas), CFAO Motors CI, Programme Alimentaire Mondial, SOS Village d’Enfants (Afrique de l’Ouest et Centre), Togocel, Togo Telecoms, Diamond, BGFI Bank, Sunu Assurances, L’Africaine des Assurances CI, Barold Assurance, Alink West Africa, Dubai Ports Dakar, Ecobank, Bayer Crops Science, CCA Banque (Cameroun), Banque Atlantique Togo, Oryx Sénégal, Radisson Blu Bamako font partie de ses nombreux clients corporate…Il offre également des programmes de coaching pour les avocats, notaires, pharmaciens, médecins, architecte, responsables de PME…The H&C Group est l’éditeur des magazines Impulsion des PME et Impulsion de Mon Succès. Plus d’information sur www.hcbusiness.com 

Par | 2017-09-11T18:45:24+00:00 mai 29th, 2017|Catégories : Création d'entreprise|0 commentaire

Laisser un commentaire