8 Clés pour réussir le coaching parental

/, FAMILLE/8 Clés pour réussir le coaching parental

8 Clés pour réussir le coaching parental

Si vous êtes parents comme moi, vous avez certainement remarqué que nous sommes de plus en plus dépassés par les attitudes et comportements de nos enfants. Ils nous présentent des défis auxquels nous ne sommes pas préparés. L’écart entre les parents et les enfants est tellement énorme qu’un grand nombre de parents démissionnent consciemment ou inconsciemment et laissent la rue, la télévision, les medias, l’école, les amis…s’occuper de l’éducation de leurs enfants.

Ce qui est dommage, c’est que même si vous démissionnez, le produit final vous revient puisqu’il porte votre nom et vos gènes. Les autres acteurs de l’éducation de vos enfants par défaut, ne viendront pas répondre des résultats de vos enfants, si ceux-ci ne sont pas bons. C’est vous qui allez répondre. Autant s’en occuper, surtout comprendre, connaitre, accepter et s’approprier les mutations et changement d’aujourd’hui, parce que la plupart des parents proclament que les temps ont changé mais en réalité ne l’acceptent pas vraiment.

Voici ci dessous des outils pour vous aider dans votre mission de parent:

  1. Inculquer des principes à vos enfants

« Les principes sont aux hommes ce que les racines sont aux arbres. Sans racines, les arbres tombent lorsqu’ils sont balayés par le vent. Sans principes, les hommes tombent lorsqu’ils sont secoués par les tempêtes de l’existence » Robin Sharma.

Je pense fondamentalement qu’il vaut mieux diriger les gens avec les principes qu’avec autres choses. Les valeurs changent constamment comme le dit Stephen Covey et en fonction des personnes en présence. Parlant du sens commun, Voltaire dit qu’il n’y a rien de commun dans le sens parce que chacun a son sens. Par contre les principes ne sont ni soumis au temps ni à l’espace, ni aux rumeurs des gens. Si vous conduisez les gens avec les principes, vous pouvez être sûr que vous leur laissez quelque chose d’intemporel. Parlant de principe, il y a ce qu’on appelle le facteur de Gandhi constitué des principes qui ont guidé la vie du Mahmat.

Il s’agit de l’honnêteté, le labeur, la patience, la persévérance, la loyauté, le courage et par-dessus tout l’humilité. Demandez-vous à chaque fois, comment faire passer les principes à votre enfant dans différentes situations et pendant vos moments de complicités.

  1. N’importez pas les conditions dans lesquelles les principes vous ont été enseignés

Dernièrement, j’étais en séance de coaching avec un manager, qui rencontrait quelques défis avec son enfant et je lui ai dit qu’il est important d’éduquer un enfant avec les principes de vie, tout en faisant attention de ne pas importer dans la relation avec l’enfant les conditions dans lesquelles on a soi-même reçu ses principes. Cela veut dire quoi ?

Les anciens avaient des manières et moyens très spéciaux de faire passer le message d’un principe. Prenons par exemple, le principe de labeur comme cité plus haut :

Lorsqu’un enfant n’a pas obtenu une note convenable selon le désir de ses parents, il pouvait rester à jeun et parcourir plusieurs kilomètres pour aller à l’école sans argent de poche, mieux encore il ira labourer une grande parcelle de champ sans nourriture et toute tentative de la mère pour lui apporter à manger en cachette, peut dégénérer en problèmes avec le père.

Je parie qu’en lisant ces lignes d’autres exemples vous viendront à l’esprit.

En fait, certains parents de nos jours, veulent éduquer ou enseigner leurs enfants en prenant pour référence la manière dont ils ont été éduqués eux-mêmes.

Vous pouvez vous prendre pour exemple, mais vous ne pouvez pas procéder de la même manière que celle qui a été adoptée à votre égard.

L’ on voit des parents qui ont la possibilité de mettre les enfants dans de meilleures écoles, de mettre à disposition des enfants des ordinateurs, tablettes… mais qui s’y refusent parce qu’en leur temps il n’y avait rien de tout cela. Le bémol, c’est qu’ils finiront par en apprendre plus auprès de leurs camarades.

  1. Soyez plus un modèle qu’un donneur de leçons

Nous donnons trop de leçons aux enfants à tel point qu’ ils se demandent à quelle époque nous avons vécu. J’ai remarqué personnellement que lorsqu’on est donneur de leçons et faiseur de réprimandes, les gens finissent par se braquer. Robin Sharma dit : « n’attends pas des autres qu’ils se surpassent, si tu n’es pas prêt à te surpasser toi-même ».

En d’autres termes, il faut être un modèle en commençant par être le changement qu’on désire voir au travers des enfants. Vous ne pouvez pas demander à votre enfant de respecter et de mesurer ses paroles lorsqu’il s’adresse à une grande personne alors qu’au même moment vous criez ou parlez mal à votre conjoint(e). De grâce, ne demandez pas à votre garçon de bien traiter les filles alors qu’avec vos amis, vous dénigrez fréquemment les femmes. Si vous dites à votre enfant de se brosser les dents le soir avant le coucher, assurez vous d’en faire autant, sinon il vous le rappellera. Vivez les principes avec les enfants que de le leur dicter. Soyez le premier modèle de vos enfants.

  1. Démystifiez-vous et soyez accessible

On observe beaucoup chez les parents, ayant pour enfant aîné un garçon, le désir de faire très tôt de leur fils un homme. Ce qui est normal sur le principe, sauf que la conception de « Homme » semble-t-il pour ma part, a évolué. Certains pères évitent un contact trop proche avec leur fils de peur qu’il ne s’effémine et les gestes de l’enfant envers sa mère, peuvent sembler abusifs.

En effet, il faudra sortir des stéréotypes du passé. Si un parent autrefois a subi le sort de ne pas avoir accès facile à son père, rien n’oblige d’utiliser la même procédure avec son propre enfant. Que dans le passé, un parent ait été obligé d’apprendre à se débrouiller très tôt, parce qu’étant un garçon, en imposant ce style à l’enfant de nos jours, vous risquez d’être un mystère pour lui. Et il vous verra comme un objectif inatteignable. Je pense que l’un des indicateurs de réussite des parents vis-à-vis de leurs enfants, c’est que ceux-ci non seulement les admirent, mais s’inspirent d’eux et décident de leur ressembler et de copier leurs attitudes, les bonnes naturellement.

Si rien en vous n’inspire vos enfants, il y a un gros défi. Si donc vous constituez un mystère pour votre enfant, il ira chercher un modèle ailleurs. Soyez un parent accessible pour vos enfants.

  1. Travaillez à être un ami et confident

Beaucoup sont surpris de voir que leurs enfants ne se confient pas à eux et souffrent profondément de voir que les enfants préfèrent les amis et camarades ou parfois même un oncle ou une tante à eux. C’est simple, vous n’avez pas construit de relations avec eux. La relation commence par de petites attentions quotidiennes :

  • Comment s’est passée ta journée ?
  • Est-ce qu’il y a un ou une de tes ami (es) que tu voudrais inviter à la maison ?
  • Pour le week-end tu voudrais que je demande la permission à un parent de tes amis pour qu’ils ou elles viennent avec nous ?
  • Quel cadeau tu me proposerais pour l’anniversaire de ton papa ou ta maman ? je suis indécis

Ce sont de petites choses qui n’ont l’air de rien mais qui permettent de créer une conversation et comme vous le savez, c’est dans les conversations que les petits moments de connexion et de complicité se créent. La confiance se crée et la personne se livre à vous et épanche son coeur de ses petites inquiétudes.

  1. Autorisez-les l’erreur

Parfois certains parents sont même plus pressés que les enfants. On veut qu’ils grandissent rapidement à telle enseigne qu’on leur vole même l’enfance et l’adolescence. On veut que les enfants fassent un pas sans-faute à l’école, à l’église. On attend d’eux d’être constamment droits et sages. Il est donc constamment surveillé.

Finalement il est adulte ou enfant ? Les enfants doivent comprendre qu’en partie l’enfance et l’adolescence sont faites pour les gaffes et les erreurs. De toutes les façons, ce sont vos erreurs qui vous ont permis d’être aussi aguerris et intelligents aujourd’hui. Les parents sont des conducteurs et des éducateurs et non des bourreaux pour les enfants. Vous comprenez que je ne dis pas de laisser les enfants faire tout ce qu’ils veulent parce que tous les choix des enfants ne sont pas forcément de bons choix ou parfois axés sur le plaisir, mais acceptez qu’ils ne soient pas parfaits au début et qu’ils commettent des erreurs et ils apprendront mieux, vous ne pensez pas ?

  1. Ne soyez pas trop pressés

Tous les parents veulent fabriquer des supers héros et des enfants super intelligents. Ils n’arrêtent pas de comparer les enfants entre eux et de prendre souvent pour modèle pour leurs enfants, les enfants d’autrui, qu’il s’agisse des enfants de leurs collègues, de leurs voisins ou frères. C’est à croire que les enfants d’autrui sont carrément plus intelligents que les leurs.

Je me demande parfois comment on peut être aussi pressés et vouloir que les enfants deviennent rapidement des héros. Comme vous le savez il n’y a rien de plus destructeur pour les enfants que la comparaison et l’envie de vouloir plaire. En le faisant, vous les empêchez d’exprimer leur unicité et particularité, je dirais même que les parents qui font cela, appauvrissent l’humanité en empêchant des enfants d’être eux-mêmes.

La comparaison entraine systématiquement les complexes, surtout lorsque l’enfant à l’impression de ne jamais satisfaire ses parents malgré tout ses efforts, parce qu’ils on en tête un modèle, et il finira par perdre l’estime de soi et passera son temps à vouloir plaire et avoir l’approbation des autres pour se sentir bien. Si vous êtes trop pressés avec vos enfants, au lieu de faire des personnes merveilleuses, vous allez plutôt créer des monstres qui finiront par s’en prendre à vous plus tard.

Ne permettez pas que vos enfants deviennent adultes et vous accusent d’avoir volé leur enfance et adolescence.

  1. Acceptez qu’ils aient leurs propres centres d’intérêts

En règle générale, les parents sont sûrs de savoir ce qui est bon pour les enfants et c’est de leur devoir de décider pour les enfants. Cela va être difficile d’enlever aux parents l’envie et le devoir qu’ils ressentent de tout faire pour le bien de leurs enfants. Je pense que c’est d’ailleurs noble de leur part.

Mais honnêtement, vous vous trompez si aujourd’hui vous pensez que vous pourrez choisir à 100% pour votre enfant. Qu’il vous souvienne l’histoire des parents qui tenaient à ce que leur fille devienne un docteur afin qu’ils en aient un dans la famille. Ils ont donc tout mis en œuvre pour cela. Sauf que lorsque la fille a obtenu son doctorat, elle à déposé le diplôme à ses parents en employant ces termes :  » voici votre diplôme, maintenant je dois aller faire ce qui m’apportera de l’épanouissement ». En effet, elle est devenue une artiste musicienne.

Je pense que si les parents arrivent à comprendre et accompagner les enfants, les deux parties gagneraient énormément. Et par-dessus tout, amenez les enfants à bien analyser leurs choix de vies. Sinon comme on le voit de plus en plus, les enfants vont adopter pleins de comportements rien que pour vous anéantir moralement.

QUE LA FORCE SOIT AVEC VOUS !

Par GANDONOU S. Marcellin

Coach, Auteur et Directeur Général The H&C Group. Il est auteur de 4 livres dont Accélérez vos performances, La pratique de la prospérité intérieure, Le Nouveau Leadership et L’Ultime Bible du Leadership. Il a déjà coaché plusieurs dirigeants, cadres d’entreprise et entrepreneurs, architectes, notaires, avocats, magistrats et officiers de l’armée au Togo, au Bénin, au Burkina et au Mali.

Par | 2017-09-11T19:12:23+00:00 avril 16th, 2017|Catégories : COACHING, FAMILLE|Mots-clés : , , , |0 commentaire

Laisser un commentaire