4 causes d’échec chez les nouveaux managers

/, Entreprise/4 causes d’échec chez les nouveaux managers

4 causes d’échec chez les nouveaux managers

« Il faut que je fasse du chiffre », c’est la devise classique que nous entendons de la part de beaucoup de nos clients managers, surtout les nouveaux (DG, Directeur, chef département, chef d’agence). Sinon le conseil d’administration va me taper dessus ; ensuite je dois montrer que je mérite ce poste. Ce qui est naturellement légitime, je ne le conteste aucunement. Sauf que quelques mois après on se rend compte que les chiffres sont au rendez-vous pour la plupart, mais il n’y a aucune structuration derrière et entretemps le nouveau manager a fait tout le boulot de ses collaborateurs afin de faire du chiffre pour obtenir les félicitations du conseil d’administration.

  1. Ils veulent se légitimer par leurs chiffres

J’ai remarqué personnellement que les nouveaux managers veulent gagner leurs légitimités vis-à-vis des collaborateurs et du conseil d’administration par les chiffres. Rassurez-vous je ne remets pas en cause l’importance de vos chiffres. J’ai rencontré un chef d’agence la dernière fois, qui me disait :

– Chef d’agence : Marcellin ça ne vas du tout.

– Moi : qu’est ce qui ne vas pas mon cher ?

– mon équipe n’est pas bonne, j’ai d’énorme difficulté avec eux…

– ah bon et comment sont vos résultats ?

-nous avons de bons résultats, je pensais que les chiffres nous permettraient de créer une cohésion, parce que mon prédécesseur lui ne s’en occupait pas. En plus, il était déjà proche de la retraite. Les gens avaient des habitudes qu’il est difficile de leur enlever. J’avoue que je t’avais fuis un peu pour faire du chiffre parce le conseil d’administration me mettait la pression. Je me rends compte que c’était une erreur parce là j’ai pas du tout une bonne équipe. Et j’ai des éléments que je n’arrive plus à influencer.

La plupart des nouveaux managers veulent gagner leurs légitimités à travers les chiffres à produire, or cela ne suffit pas. Parce que vos collaborateurs ne voient aucun acte héroïque dedans, puisqu’ils pensent que dans les mêmes conditions ou s’ils occupaient le poste, ils feraient la même chose voir plus. En outre ils se disent qu’en réalité ce sont eux qui abattent la plus grande partie du boulot. Et très souvent si vous venez de prendre le poste et que vous décidez de faire que du chiffre, vous êtes obligés d’y aller vous-même ou de prendre juste quelques éléments dans la boite pour démarrer, entre temps vous laisser le reste de l’équipe derrière en vous disant quand vous arriverez à un niveau dans la course, vous irez les chercher. Eux voyant que vous avez démarré la course sans eux, croisent les bras et vous regardent vous débattre, attendant que vous vous essoufflez et revenez à eux. Le reste de l’équipe se transforme donc en saboteuse. Quand finalement vous avez vos chiffres, vous vous rendez compte que personne ne vous suit et que malgré les chiffres qui devaient normalement soudés l’équipe, les gens sont mécontents et ne suivent pas le rythme et en plus vous critiquent.

  1. Ils ne rentrent pas dans l’esprit du poste

La plupart des nouveaux managers se comportent en ouvriers, quand ils prennent le poste dans une direction, un département, un service, ou comme chef d’agence….ils ne voient pas une équipe, ils voient un champ et se délimitent une parcelle à cultiver comme les autres ouvriers. Parcelle qui est en l’occurrence faire du chiffre en oubliant qu’ils sont désormais intendants du champ. J’ai l’habitude de dire que chaque poste est constitué de deux parties : l’esprit du poste et le poste en lui-même. Si vous ne rentrez pas dans l’esprit de votre poste en utilisant comme indicateurs les verbes utilisés dans votre description de poste, vous allez vous comporter en simple ouvrier. Je vous donne un simple exemple, prenez des jeunes gens qui deviennent parents, mais qui prenaient du bon temps dans la vie (boite de nuit, sorties et virages nocturnes,…) avant la venue de l’enfant. S’ils ne comprennent et ne rentrent pas dans l’esprit de leurs nouveaux rôles de parents, ils vont continuer à agir comme avant et perpétuer le mode de vie d’avant. Alors que maintenant la vie, l’avenir, l’éducation, la santé, le bien être… d’un enfant dépendent d’eux désormais. C’est ainsi que vous verrez de jeunes gens faire preuve de la même insouciance qu’avant alors qu’ils sont parents désormais. C’est simple dans leur esprit, ils n’ont pas encore compris qu’ils ont changé de statut et ne comprennent même pas encore ce qui leur arrive. C’est exactement le même scénario avec les nouveaux managers, ils ne comprennent pas encore le nouveau rôle qui leur est assigné, ils pensent qu’ils sont toujours des ouvriers et pour mériter leurs places et leurs paies à la fin de la journée, ils doivent cultiver une parcelle. Vous devez comprendre donc votre nouveau rôle et faire comprendre à votre esprit ce que vous êtes désormais, sinon vous allez continuer par vous comporter en chef de division, chargé de clientèle… que vous étiez avant.

Que faire coach ?

  1. Prendre possession de sa fiche de poste

Un ouvrier exécute, fait des sillons, arrose, plante… A l’inverse, l’intendant coordonne, analyse, contrôle, organise, planifie, décide, assume ses responsabilités, décide parfois de prendre un autre chemin que celui que recommande le conseil d’administration mais aboutit à un résultat structurel et construit un système. Votre rôle est de piloter les attitudes et comportement des collaborateurs pour faire du résultat. Attention je ne dis pas qu’il faut vous asseoir sur un trône et chicoter par derrière les gens. Nous ne sommes pas au temps des pharaons. John Maxwell conseille aux leaders d’aimer plus leurs collaborateurs que leurs propres situations. Cela suppose que vous devez commencer par travailler sur les gens que vous avez l’honneur de diriger. Il est fondamental de créer une relation avec vos collaborateurs et de construire avec eux une relation de confiance et je pense personnellement que les nouveaux managers ont cet avantage de prendre une nouvelle équipe et des gens qu’ils ne connaissent pas à priori, parce qu’en général ceux qui sont déjà au poste se plaignent de leurs collaborateurs et souhaitent même qu’on les change pour eux. Si vous ne vous concentrez que sur les chiffres, le jour où vous allez faiblir ou que les quelques éléments que vous avez pris avec vous vont faiblir, vous serez nu. Tout le monde se rendra compte que vous n’aviez pas de système. Si vous ne bâtissez pas un système, vous allez devenir ce que nous appelons à H&C « UN MANAGER ESCLAVE » qui s’occupe des tâches des autres ; parce que s’il baisse les bras les résultats vont chuter. Ainsi au lieu que votre nouveau poste vous épanouisse, il vous aliène plutôt, vous trouverez de temps à autre de la satisfaction en voyant votre fiche de paie et vos avantages en dehors de cela, vous êtes esclave. Richard Branson dit de prendre soin de nos collaborateurs, de sorte qu’ils prennent soin des clients et qu’à leur tour les clients prennent soin des actionnaires. Vous avez remarqué que dans l’ordre il y a les collaborateurs, ensuite les clients et enfin les actionnaires. Contrairement à ceux que les gens pensent la première matière première d’un manager, ce sont ses collaborateurs. Ce sont eux qu’il faut diriger et conduire de sorte qu’ils puissent vous aider à faire du chiffre.

  1. Faire de la structuration en construisant un système au même moment que vous faites du chiffre

Bâtir un système sous-entend que vous utilisez les bonnes pratiques qui marchent et qui produisent du résultat et en faites un modèle de sorte que n’importe qui prenant le modèle puisse produire du résultat avec. Pour ceux qui pratique le marketing de réseau, vous allez remarquer que c’est pratiquement le même modèle que tous les réseaux utilisent quelque soit le pays ou le continent. A un moment donné vous n’avez plus besoin d’agir sur les choses, elles marchent, vous contrôler, vous ajuster, évaluer… Si vous êtes fort en vente, en écoute, traitement des dossiers de crédits, en conduite de projets, évaluations… assurez-vous que vous formez des gens pour le faire et vous aider. Mais si vous pensez que vous n’avez pas de temps ou n’aurez pas de temps pour former les gens, vous serez la seule personne à connaitre les choses et vous serez votre esclave. Je discutais une fois avec un Directeur Général d’une entreprise spécialisée dans le transport maritime qui me dit, Marcellin si je dois partir de mon poste aujourd’hui, j’aurais besoin d’exactement 5mn pour prendre mes affaires et partir. Vous savez pourquoi il peut parler avec autant d’assurance ? C’est parce qu’il avait un système que n’importe qui devant occuper le même poste peut piloter. Votre challenge en tant que nouveau manager, c’est non seulement de faire du résultat mais au-delà de tout de bâtir un système de sorte que vous ne restez pas là, mais que vous progressez dans votre carrière. Si vous êtes la seule personne qui sait faire les choses, on va devoir vous garder longtemps parce qu’à part vous personne d’autre ne peut faire le travail. C’est vrai qu’il y a certains qui éprouvent ce malin plaisir à avoir le sentiment d’être irremplaçable. C’est un gros piège, vous risquez d’être frustré de n’avoir pas progressé dans votre carrière. Je connais des managers à qui on refuse des promotions parce qu’on n’a pas de remplaçant pour eux. Je ne pense pas que vous avez envie de vous éterniser à votre nouveau poste.

A votre réussite !

Par GANDONOU S. Marcellin

Coach, Auteur et Directeur Général The H&C Group. Il est auteur de 4 livres dont Accélérez vos performances, La pratique de la prospérité intérieure, Le Nouveau Leadership et L’Ultime Bible du Leadership. Il a déjà coaché plusieurs dirigeants, cadres d’entreprise et entrepreneurs, architectes, notaires, avocats, magistrats et officiers de l’armée au Togo, au Bénin, au Burkina et au Mali.

Par | 2017-09-12T12:28:03+00:00 mars 24th, 2017|Catégories : Carriere, Entreprise|Mots-clés : , , , |6 Commentaires

6 Commentaires

  1. Patrick BUSHUNDE 30 mars 2017 à 14 h 45 min- Répondre

    être informé de vos nouvelles

  2. Tambeu Defo Karell Franklin 1 avril 2017 à 11 h 21 min- Répondre

    j’ai vraiment aprecier l’article.

    • Gandonou 5 avril 2017 à 12 h 15 min- Répondre

      Merci de nous suivre cher Tambeu Defo Karell Franklin

  3. mbarga 26 mai 2017 à 9 h 22 min- Répondre

    Merci pour vos analyses pertinentes.

    • Gandonou 29 mai 2017 à 9 h 29 min- Répondre

      Merci de nous lire et de partager nos articles.

    • Hermann CAKPO 29 mai 2017 à 23 h 13 min- Répondre

      Un plaisir pour nous Cher Mbarga. Hermann

Laisser un commentaire