Comment repousser les limites du « meilleur de vous-même »

Voici le prochain danger qui vous guette lorsque vous êtes persuadé d’avoir donné le meilleur de vous-même

L’illusion du meilleur de vous-même

Considérez la situation suivante. A l’école, après un devoir, un contrôle, les élèves ont différentes notes. Des 12, 14, 15… et bien sûr des 18, des 19 et pourquoi pas des exceptionnels 20 sur 20 selon la matière. Et dans ces cas, chacun dit avoir donné le meilleur de lui-même pour ce qui est des élèves peu exigeants avec eux-mêmes. Le plus intéressant dans l’affaire, c’est que quelle que soit la note que chacun a, il a une place garantie jusqu’à la fin de l’année dans cette classe : les parents ont déjà payé les frais de scolarité. Mieux, l’année suivante, certains élèves, qui auront des moyennes ne permettant de monter en classe supérieure, s’ils ont des parents qui peuvent suffisamment faire de pressions (cas des écoles privées pour les classes de passage), pourront contre toute attente se retrouver en ces classes supérieures. Ça, c’est ce qui peut se passer à l’école.

Maintenant, quelle est la situation dans l’école concrète de la vie, là où il s’agit de mettre en pratique pour ses propres objectifs les connaissances de l’école ? Là, les données changent. Nous ne sommes plus dans un jeu. Il s’agit de la réalité : le marché du travail ou le monde des affaires. Et vous le savez, dans ces espaces ardus, la médiocrité ne passe pas, les erreurs ne sont pas tolérées, la négligence et les manipulations ne garantissent pas ni les notes ni les résultats ni la place. « Ça paie cash ! », comme le dit un ami.

Quand le meilleur de vous-même ne suffit plus…

Là, les gens qui disent qu’ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes sans que cela ne soit suffisant pour tenir les exigences de leur secteur et de leur poste, cèdent. Le système les éjecte. S’ils se retrouvent sur le marché de l’emploi, ils sont obligés de se contenter de postes de moindre importance et donc de salaires minables et sans avantages. C’est la compétence (les résultats) qui donne du pouvoir et un niveau de ressources financières. S’ils se retrouvent dans le monde des affaires comme entrepreneurs, se contentant de penser que leur niveau de « j’ai donné le meilleur de moi-même suffira » à leur faire rester dans la course, ils se font surprendre par la dureté des lois du marché ; ceux qui voient beaucoup plus loin, travaillant constamment plus fort, plus vite, plus intelligemment, plus efficacement avec plus de leviers, raflent tout sur le marché, imposent le rythme et le visage du secteur. Ainsi les « qui pensent qu’ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes » se surprennent à être obligés de se contenter des miettes ou pire, sont obligés de fermer boutique.

besoin_coaching

Et cette image est applicable à tous les secteurs d’activité. L’artiste, le sportif de haut niveau, le politicien, le parent, le partenaire dans un couple etc.. dans les domaines de votre vie, votre définition du « j’ai donné le meilleur de moi-même » va déterminer le niveau de résultat que vous aurez. Votre meilleur de vous-même est défini à partir de votre conception actuelle des choses, de votre zone de confort, avec un niveau d’effort minimum, ce qu’il faut pour maintenir ce qui est là et viser un peu plus mais pas plus, assez pour être fier d’être en train de faire quelque chose. Si vous êtes dans ces cas, sachez que cela ne suffira pas : vous allez être balayé (entrepreneur) ou renvoyé pour insuffisance de résultats. Ça ne pardonne pas. Vous n’avez pas le choix. Vous n’avez nulle part où vous cacher. Et même celui qui décide de se retirer de la vie trop artificielle de la ville doit travailler dur pour rester fidèle à sa vision de vivre authentique.

…Et qu’il vous faut redéfinir votre « meilleur de vous-même »

Vous devez apprendre à redéfinir et repousser les limites de votre « j’ai donné le meilleur de moi-même » en comprenant que ce que vous pensiez être extra comme effort ou ingéniosité, c’est le 10ème de ce que fait un autre, le 100ème de ce que fait un autre encore ; or il se trouve que ces personnes-là sont dans votre secteur d’activité, ce sont vos concurrents ou bien ils pourraient le devenir. Vous n’avez pas le choix.

Arrêtez de penser que vous êtes déjà une personne extraordinaire et rendez-vous compte de vos failles pour accélérer le rythme d’apprentissage, le rythme d’élévation de votre niveau de conscience, le rythme de la reproduction d’autres leaders autour de vous qui pourront porter avec vous, plus loin, plus vite votre vision. Avez-vous remarqué que c’est ceux qui savent plus de choses qui se rendent compte qu’ils ont plus à apprendre sur l’art de mieux faire ce qu’ils savent pour avoir plus de résultats et ainsi avoir assez de ressources (temps, énergie, argent) pour investir dans les opportunités et en eux-mêmes?

Laissez-nous vous répéter cette vérité : votre prochain danger qui vous guette, c’est votre certitude d’être en train de faire suffisamment assez d’effort. Et c’est bien possible que vous en donniez beaucoup. Mais à quoi vous servira de plus courir à vous fatiguer si vous n’apprenez pas rapidement à mieux faire les choses ?

Persuadé d’avoir donné le meilleur de vous-même, votre incompétence, votre insuffisance qui va vous plomber, c’est peut-être votre état d’esprit (donc travailler plus dur maladroitement ne sera pas efficace), ou votre niveau d’énergie bas (votre bonne volonté ne suffira pas), ou votre manque de leadership (votre hargne, votre autorité ne suffira pas) ou votre non maîtrise de votre secteur et votre incapacité à anticiper là-dedans (votre course débridée effrénée derrière les clients, vos cris sur vos commerciaux ou responsables de départements, votre supposée innovation qui n’est que des anciennes idées remâchées ne suffiront pas).

Vous devez redéfinir et élever votre « j’ai donné le meilleur de moi-même ».

Augustin JOHNSON

Coach-Formateur H&C Togo

 

Comments

  1. Luggi amègnissè Répondre

    Sincèrement merci monsieur Cakpo pour vos enseignement ils me permettent d’améliorer mon savoir être et mes compétences dans beaucoup de domaines ;
    une fois encore grand merci
    Luggi Amègnissé

    • Hermann CAKPO Répondre

      Merci à vous. Félicitations à Roland AGBOKOU pour cet article. Hermann H. CAKPO

  2. Fifen Répondre

    C’est toujours avec grand plaisir croyez moi que je lis vos articles. Vous faites un travail remarquable et je suis convaincu que vous lire m’apporte énormément en ce sens que j’apprends de mieux en mieux à me connaître et à me développer personnellement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *