5 habitudes pour prendre des décisions objectives et orientées résultats

Lorsque vous cherchez à prendre des décisions objectives, vous serez pris en otage par trois contraintes majeures : 1) Le besoin de satisfaction personnelle immédiate ou l’envie se faire plaisir soi-même ; 2) le besoin de plaire aux autres ou le politiquement correct ; 3) le besoin de faire ce que vous devez faire pour produire des résultats qui finissent par plaire à tout le monde ou l’orientation résultat. Les managers qui arrivent à prendre des décisions objectives et orientées résultats sont ceux qui prennent les décisions qu’ils doivent prendre pour produire du résultat qui finisse par plaire à tout le monde n’en déplaise à eux-mêmes et en n’en déplaise à qui que ce soit. Vous développerez de la facilité à prendre des décisions objectifs et orientées résultats si vous savez faire vôtre les habitudes suivantes.

  1. Savoir mettre de côté son ego

Un manager peut dès le départ se dire que les décisions qu’il doit prendre sont les décisions qui le contentent et le satisfont personnellement. Le défi, c’est que cette façon de faire n’est pas de nature à l’aider à développer l’habitude de prendre des décisions objectives et orientées résultats. Aussi, un manager ne peut se permettre de prendre des décisions parce qu’il veut sauver sa peau. Même si c’est une habitude de l’on retrouve chez beaucoup de manager, le fait de vouloir se faire plaisir ou se soustraire à des pressions et des douleurs que l’on subit personnellement ne fera que prendre des décisions lâches, circonstancielles et subjectives. N’oubliez pas que les managers qui changent souvent les décisions sous pression ou en fonction des circonstances deviennent très manipulables.

  1. Ne pas s’obliger à faire du politiquement correct

Bill Cosby le dit si bien lorsqu’il rappelle : « Je ne connais pas la clé de la réussite mais je connais la clé de l’échec : vouloir plaire à tout le monde ». Il n’est pas question ici de penser que le leader ne fera pas preuve de compassion. Au contraire, il doit savoir prendre des mesures d’accompagnement pour manifester de la compassion.

Maintenant s’il veut finir par à aboutir à des résultats qui finissent par être compris et acceptés par tout le monde, et cela l’oblige à prendre des décisions objectives, il doit absolument tout faire pour ne pas laisser son besoin de compassion ou de contentement immédiat des autres influencer sa décision. Il prend la décision à prendre et même si cela pourrait causer des dégâts, il prend des mesures d’accompagnement. Mais en tout état de cause, il peut laisser le fait de vouloir faire plaisir aux autres l’empêcher de prendre les décisions à prendre pour produire les résultats à produire.

  1. Ne pas laisser les circonstances vous pousser à oublier les objectifs de départ

La plupart des gens qui n’arrivent pas à prendre des décisions objectives qui leur permettent de produire du résultat durable sont ceux qui laissent trop facilement les circonstances décider de leur choix à opérer. Quelques exemples banals :

  • Je voulais sortir et il se met à pleurer et je reporte ma sortie au risque de ne pas finir par atteindre mon objectif de départ.
  • J’ai pris une décision objective mais je me rends compte de ce que ma famille sera touchée par la décision ; alors je la change au risque de mettre tout le monde en péril.
  • Je prends un engagement et me rends compte plus tard qu’il ne m’arrange pas et je change l’engagement au risque de jeter à terre ma crédibilité ;
  • Je prends une décision honorable mais on me propose de l’argent ou des faveurs pour laisser la décision, je la laisse de côté au risque de jeter à terre mon honorabilité et ma dignité.
  • Je voulais acheter une maison à mon oncle mais j’apprends qu’il a injurié publiquement mon père. Je suspends mon geste au lieu de les réconcilier et finir par acheter la maison à mon oncle puisque je voulais le faire parce qu’il n’a pas de maison.

N’oubliez pas que si les gens autour de vous savent que le changement des circonstances peut vous amener à ne plus prendre des décisions objectives et orientées résultats, ils vont délibérément changer les circonstances dans le but de vous manipuler. Si vous devenez un manager manipulable, vous ne managez plus.

  1. Demander aux résultats les choix qu’ils vous imposent

Comme nous avons l’habitude de le rappeler lors de nos séminaires de haut niveau pour les managers, les évènements sont neutres et arrivent à tout le monde. La différence dans les résultats ne dépend pas des évènements puisqu’ils arrivent à tout le monde. La différence dans les résultats dépend de si vous prenez vos décisions en fonction des résultats auxquels vous voulez aboutir ou en fonction des évènements que vous avez en face de vous. N’oubliez pas que les managers qui n’arrivent pas à prendre des décisions objectives et orientées résultats se disent qu’il faut tenir compte des réalités là où les managers qui arrivent à prendre des décisions objectives et orientées résultats se demandent : quelles sont les décisions et choix que nous devons opérer pour obtenir nos résultats visés peu importent les réalités actuelles ?

besoin_coaching

Pour les grands leaders : le résultat et la vision (la nouvelle réalité qu’ils veulent créer) constituent la boussole. Pour les managers qui manquent de caractère, la réalité actuelle est plus déterminante que les résultats qui doivent produire pour imposer une nouvelle réalité qui finissent par convenir à tout le monde. N’oubliez pas que la plupart des gens autour de nous ne savent pas rêver d’une nouvelle réalité et ne tiennent compte que de leurs réalités actuelles. Si vous voulez être un leader qui crée de nouveaux résultats, une nouvelle réalité, qui innove et révolutionnent son environnement, vous devez pratiquer la distorsion de la réalité et opérer les choix qui sauvent durablement et non des choix qui maintiennent dans la léthargie.

  1. Rester collé au plan de départ, accepter des ajustements mais refuser de donner l’arbitrage final aux circonstances

Pour s’assurer de prendre des décisions objectives et orientées résultats, les managers s’assurent de rester collé au plan de départ. Ils ne changent leurs plans que lorsqu’ils ne peuvent plus produire du résultat. Si bien que quelles que soient les pressions et les menaces, quelles que soient les attirances et les suggestions, et lorsqu’ils savent que le plan de départ seul permettra de produire du résultat, ils font ce qu’ils ont à faire n’en déplaise à eux-mêmes et n’en déplaisent à qui que ce soit.

Ils savent accepter des ajustements – là où c’est nécessaire et surtout si cela permet de produire du résultat sans compromettre les principes de départ. Mais en aucun cas, ils ne laissent les circonstances devenir l’arbitre de leurs décisions. N’oubliez pas que c’est l’invariabilité, quelles que soient les circonstances, qui fait la force des grands leaders. Et ça a un autre nom : l’intégrité.

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

Comments

  1. Sylvain Répondre

    Encore un super article Herman!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *