4 Règles pour vivre à nouveau une relation après une déception

Par Marcellin S. Gandonou.

Je suis souvent peiné lorsque dans mes coachings des clients, surtout les femmes décident de ne plus avoir une relation amoureuse ou de ne plus se mettre en couple parce qu’elles ont été déçues et parfois lourdement trahies. Il y en a qui me disent qu’elles ont décidé de se consacrer à leurs enfants pour celles qui en ont ou pour d’autres sur leur boulot. Parce que si elles ont du travail et une indépendance financière, elles pourront décider pour elles-mêmes. Parfois elles me donnent des exemples de femmes qui ont réussi sans avoir une vie de famille. Ces réactions et décisions sont compréhensibles à cause de la profondeur de leurs blessures. Mais comme vous le savez généralement lorsqu’ un animal est attaqué ou en danger, il y a deux possibilités qui s’offrent à lui : la défense ou la fuite. Les décisions évoquées plus haut sont des réactions normales de personnes blessées. Mais je pense que vous pouvez procéder autrement sans vous replier sur vous-mêmes. Si vous êtes dans une situation comme celle-là, lisez ceci tranquillement ou si vous connaissez une personne dans cette situation faites-le lui parvenir, peut-être qu’elle pourra trouver une réponse à sa situation. On pourra échanger également pour que je puisse vous aider.

  1. Ne vous blâmez pas 

La première chose à ne pas faire est de vous blâmer. Parce que généralement quand nous sommes l’objet de trahison ou de déception, on se culpabilise en disant : « Comment j’ai pu être bête jusqu’à ce point ? Comment je n’ai rien vu venir ? Moi qui suis généralement prudent (e) ? Il ou elle m’a vraiment eu. Si cela s’est produit comme cela, j’imagine le nombre de personnes qui sont en train d’abuser de moi de quelque manière que ce soit. Je suis vraiment nul (le). » Lorsque vous laissez les pensées de culpabilité vous hanter, vous allez demeurer dans le creux de la vague. Sachez que cela arrive à tout le monde. Il n’y a jamais des gens qui soient tellement malins qu’on ne peut les berner. Vous n’avez pas à vous en vouloir d’avoir fait confiance. Que ce soit dans une relation amoureuse, d’affaires, de partenariat, entre amis, en famille. Il y a une leçon importante que j’ai apprise tout dernièrement : c’est que ce sont souvent les gentils qui sont mal traités. Maintenant, vous n’avez pas à être mal d’être gentil ou quelqu’un de bien. Parce que ceux qui jouent aux durs ont besoin de dépenser de l’énergie pour garder leurs côtés durs. Et ils ne sont pas authentiques. Parfois nous pensons que certaines choses n’arrivent qu’aux autres. Lorsque nous contractons certaines maladies, nous nous disons cela ne peut pas m’arriver, pas à moi. Tout comme si ce n’est qu’aux autres que ça peut arriver. Parfois même lorsque nous perdons un être cher, nous n’acceptons pas vite la disparition de l’être aimé. Tout peut arriver à tout le monde. Par conséquent, arrêtez de vous blâmer, sinon si vous vous blâmez en plus en dehors de ce que vous avez subi, vous aurez doublement mal. Le blâme est une deuxième douleur que vous vous affligez personnellement, consciemment et inutilement.

  1. Lisez et intégrer les effets indésirables inhérents à toute relation 

Personne d’entre nous ne prend soin de connaitre les effets indésirables de toute relation. Or toute relation comme les médicaments comporte des effets indésirables. Très souvent nous nous attendons à vivre des relations parfaites sans accroc. Même dans les cas où nous pensons savoir que ce ne sera pas du beurre tous les jours, nous ne nous attendons pas vraiment à des difficultés. Lorsque vous allez en pharmacie acheter un médicament, c’est pour vous sentir bien, n’est-ce pas ? Le grand paradoxe c’est que le médicament qui est censé vous apporter du bien-être comporte des effets indésirables qui peuvent être la nausée, les vomissements, la diarrhée, l’insomnie, la fatigue, la somnolence…Mais ces effets ne vous empêchent pas pour autant de prendre le médicament, tout simplement parce que vous avez un objectif à atteindre. Si vous refusez de voir se manifester les effets indésirables et refusez de prendre le médicament, vous refusez par la même occasion de vous sentir bien. On peut oser cette petite comparaison. Naturellement ce n’est pas la même chose, mais si vous voulez vivre de belles relations quelle qu’en soit la nature, vous devez vous attendre à connaitre des déboires : les gens vont essayer d’abuser de votre disponibilité et gentillesse, les gens vont vous doubler, certains vont se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas ou auront plusieurs personnalités. Je ne vous dis pas d’être sur votre garde constamment et de ne pas vivre pleinement vos différentes relations, mais vous devez connaitre la réalité. Le fait que votre petit chien pourrait vous mordre ne vous empêche pas pour autant de vous amuser avec lui, n’est-ce pas ? Le fait que vous sachiez que vous pourrez mourir ou que la mort viendra inévitablement, ne vous empêche pour autant de profiter de la vie et de la croquer à pleine dent. Peut-être que cette conscience de la survenance de la mort à n’importe quel moment, vous fait même plus profiter de la vie parce que vous ne savez pas à quel moment vous partirez.

Je suis désolé de vous le dire ainsi, mais sachez que cela ne va pas changer : les gens vont continuer à être de mauvaise foi, des trompeurs… mais vous devez continuer à aller avec les gens, parce que vous ne pourrez pas tout faire seul (e).

  1. Ne faites pas de repli sur vos enfants, votre boulot…

Le fait de vous replier sur vous-même ne vous protège pas pour autant, parce que quel que soit là ou vous êtes ou serez, vous aurez à faire aux Hommes. Souvent par peur de souffrir à nouveau, on préfère construire autour de soi un mur ou une protection mais qui est comme un édifice aux fondations d’argile. Le jour où vous tombez sur un malin, il va se donner la vilaine mission de percer votre carapace. Vous imaginez que malgré votre carapace quelqu’un en vienne à vous atteindre ? Imaginez le degré de douleur. Il se passe aussi que pendant que vous serez en train de construire votre mur ou de surveiller les alentours à la recherche d’éventuels perceurs, vous serez en train de perdre par la même occasion toutes les belles opportunités qui se présentent ou passent devant vous. Vous vous tromperez en croyant que la croissance et le bien-être de vos enfants vous combleront. Pas si sûr malheureusement. Voici le piège qui vous attend lorsque vous vous repliez sur le développement de vos enfants. Lorsqu’ils seront en âge de s’envoler et se construire eux mêmes, vous serez tellement attaché à eux que vous aurez de la peine à les laisser partir, puisque vous n’aurez qu’eux comme famille. Même inconsciemment vous allez les retenir et souhaiter (sans vous l’avouer) l’échec de leurs relations pour qu’ils restent avec vous. Certains en lisant ces lignes vont se demander comment on peut souhaiter l’échec de son propre enfant. Je peux vous assurer que oui, c’est possible. Pas qu’on ne souhaite pas la réussite relationnelle de ses enfants, mais si cela ne marche pas, ça vous convient. Et vous allez vous immiscer dans leurs relations.

Si vous faites un repli sur votre travail, vous aurez chaque fois une peur bleue de perdre votre boulot, parce que si vous le perdez, vous perdez ainsi la seule ou une des choses qui vous font vous sentir vivant. Et pour cela vous allez plus vous impliquer que n’importe qui dans votre boulot et certainement que vous allez réussir brillamment là dedans. Mais vous aurez peur du silence et du calme parce que c’est dans le calme et le silence que les questions existentielles sortent et puisque vous connaissez déjà les réponses, qui ne vous plaisent pas d’ailleurs, vous risquez de développer des addictions pour vous sentir vivants. Pour d’autres encore, vous allez développer le narcissisme à un niveau très élevé pour vous faire aimer par le grand nombre parce que vous aurez peur de vous accrocher à une seule personne pour ne pas être à nouveau dupé. Comme vous le constatez certainement, le repli sur soi n’est pas la solution mais il s’agit plutôt d’essayer de reprendre les choses plus intelligemment.

  1. Recommencez, mais plus intelligemment et rendez-vous vous-même heureux d’avance 

Tout ce que vous avez à faire lorsque vous avez été trahi, c’est de reprendre plus intelligemment. Je ne dis pas que vous ne pouvez pas décider vraiment de ne plus entretenir une relation amoureuse, d’amitié ou d’affaires avec les autres. C’est votre plein droit. Sauf que très souvent c’est juste pour ne plus avoir à souffrir. Une des vérités que j’ai apprise personnellement, c’est que lorsque vous êtes l’objet d’une duperie, c’est que vous avez permis que cela vous arrive de par votre attitude et de par qui vous êtes. Vous allez me demander : « mais de quoi vous parlez coach ? » Calmez-vous ! Rappelez-vous ceci : on a dit plus haut que vous ne devez pas vous blâmer. Avez-vous remarqué que les gens ne sont pas trahis ou grugés de la même manière et pas au même degré ? Parfois les gens utilisent des méthodes très simples et archaïques pour tromper. Ailleurs, avec d’autres personnes, ils sont obligés d’être créatifs pour pouvoir arriver à leurs fins. Que répondriez-vous à ces questions ? Les gens ne sont pas dupés de la même manière parce qu’ils ne présentent pas les mêmes attitudes. Il y a un proverbe en Mina (langue parlée au Togo), qui dit que la gifle que tu recevras dépendra de la mine que tu auras présentée. Cela veut dire que si nous avons cinq personnes en présence, les cinq ne recevront pas les mêmes gifles, en tout cas en termes d’intensité…

Une des choses que vous allez commencer par faire également, c’est de vous rendre heureux vous-mêmes. Une de nos grandes sources de frustration, c’est lorsque nous avons une attente très élevée dans une relation. Lorsque vous avez un niveau d’attente très élevé dans une relation vous serez aussi très déçu. Vous ne pouvez pas ne pas avoir des attentes lorsque vous êtes dans une relation, parce que les relations se vivent à deux. Mais n’attendez pas plus que ce que votre partenaire peut donner et rappelez-vous, vous êtes également faillible. C’est une trop grande responsabilité que d’être la personne qui doit rendre heureux son prochain. Très souvent nous trouvons des circonstances atténuantes quand c’est nous qui fautons. Apprenez les leçons de vos échecs et reprenez mieux les choses. De toutes les façons, on ne peut que tirer les leçons de nos déboires, prendre des dispositions et reprendre plus intelligemment. Si vous vivez des moments difficiles, ne vous accusez pas, n’accusez pas la vie, vous êtes juste en train de grandir.

A la réalisation de vos rêves pour 2017 !

Par GANDONOU S. Marcellin

Coach, Auteur et Directeur Général The H&C Group. Il est auteur de 4 livres dont Accélérez vos performances, La pratique de la prospérité intérieure, Le Nouveau Leadership et L’Ultime Bible du Leadership. Il a déjà coaché plusieurs dirigeants, cadres d’entreprise et entrepreneurs, architectes, notaires, avocats, magistrats et officiers de l’armée au Togo, au Bénin, au Burkina et au Mali.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *