La loi des talents et ses 6 corollaires

loi-talents-corollaires

Le samedi 01 septembre 2012, j’ai eu l’opportunité extraordinaire d’animer un séminaire sur le thème « Le Miracle des Objectifs » au profit d’un groupe de pasteurs, entrepreneurs et cadres d’entreprise chrétiens. Ce fut exaltant. Quand il était question pour nous de nous entendre sur comment trouver les moyens de réaliser nos objectifs, je leur précisai qu’ils avaient toutes les ressources dont ils ont besoin sauf qu’ils devront les utiliser plus intelligemment. Alors que certains étaient encore dubitatifs, je leur proposai de méditer ensemble sur la parabole des talents (Mathieu 25 : 14-30) d’où nous avons pu comprendre comment fonctionne la loi des talents. Il me plait ici de la partager avec vous avec ses corollaires parce que définitivement vous avez tout ce qu’il faut pour briller !

Corollaire N°1 : Vous avez ce qu’il vous faut, il faudra juste le fructifier et ça commence !

Si vous avez déjà eu l’occasion de lire la parabole des talents (vous pouvez la lire dans une Bible Mathieu 25 : 14-30 – et vous n’avez pas besoin d’être chrétien pour cela compte tenu de la pertinence et du pragmatisme dépassant toute considération spirituelle et religieuse qu’elle nous révèle), vous savez qu’elle nous raconte l’histoire d’un homme qui partait en voyage et qui a donné des talents à chacun de ses serviteurs chacun selon ses capacités. Les deux premiers qui avaient reçu respectivement 5 et 2 talents fructifient doublement leurs talents rapportant respectivement 10 et 4 talents à leur maitre. Le dernier qui en avait reçu 1 est allé l’enterrer sans le fructifier.

En méditant sur cette parabole, j’ai compris définitivement que nous sommes nombreux non seulement à sous-estimer nos ressources lorgnant ce que les autres ont reçu, empruntant la vie et les rêves des autres, négligeant les opportunités inhérentes à nos capacités et à nos talents, reprochant à Dieu de ne nous en avoir pas donné assez. Mon ami Edgar GUIDIBI aura essuyé des critiques effroyables en osant dire qu’il est possible de créer une entreprise sans capital si vous savez utiliser le capital que vous constituez vous-même. Mais il a définitivement raison. A moins de vouloir vous sous-estimer, vous avez des talents que peu de gens ont. Ce sont ces talents qui constituent votre capital. Le principe est simple : si vous ne pouvez pas fructifier le capital que vous êtes, vous ne pouvez pas espérer fructifier le capital que les autres sont ou ont et que vous attendez pour réussir ?

Corollaire N°2 : Vous n’avez pas besoin d’un peu plus de moyens. Vous avez besoin d’être un peu plus malin.

Peu de créateurs d’entreprise qui cherchent désespérément du financement pour boucler leurs projets accepteront qu’on leur dise que c’est parce qu’ils ne savent pas comment utiliser le peu de ressources dont ils disposent, qu’ils en cherchent si désespérément. Mais puisqu’il s’agit pour nous de travailler à identifier la meilleure manière de réaliser le meilleur de nous-mêmes, il va être difficile pour moi de ne pas vous dire que vous n’avez pas besoin d’un peu plus de moyens. Vous avez juste besoin de « commencer là où vous êtes avec ce que vous avez » et éventuellement vous aurez le reste des moyens dont vous avez besoin.

Je dis ceci et j’insiste parce que j’ai rencontré un cadre d’entreprise qui a travaillé pendant plus de dix ans, gagnant en moyenne 7.200.000 francs par an et qui cherchait désespérément 7.000.000 pour constituer son apport personnel dans le financement de son projet d’entreprise alors qu’il lui fallait mettre de côté chaque année 10% de son revenu annuel pour constituer facilement cet apport personnel. Et ce n’était pas de sa faute. Pour penser et agir de cette manière, il faut être doté d’une seconde intelligence qui fait que les entrepreneurs mettent leur argent dans ce qui rapporte de l’argent et le font rapporter de l’argent.

De par ma petite expérience d’entrepreneur, j’ai pu retenir que mes projets les plus réussis n’étaient pas ceux pour lesquelles j’avais la totalité du financement ; ce sont plutôt ceux pour lesquels j’ai pris mon courage à deux mains en débutant avec ce que j’avais et en utilisant à fond mon intelligence et mes expériences. J’ai lancé mon entreprise avec ma bourse d’étudiant et ai fini par employer mes promotionnaires qui avaient perçu la même bourse que moi et vous savez pourquoi ? Parce que j’ai mis ma bourse dans ce qui rapporte de l’argent. Les études rapportent de l’argent par l’emploi mais elles ne peuvent pas rapporter plus d’argent que la création d’entreprise parce que justement les études ne savent pas fructifier l’argent. Ce que je veux dire en suggérant que nous soyons un peu plus malin, c’est que nous devons arrêter d’attendre plus de moyens ou à défaut mettre le peu que nous avons dans le système majeur de fructification qu’est la création de richesse par l’entreprise. Si vous ne pouvez ou ne voulez pas être entrepreneur, investissez dans des entreprises rentables.

Corollaire N°3 (la loi): Fructifier son talent ou le perdre, c’est cela même la loi des talents.

Si vous ne fructifiez pas vos talents, vous les perdrez. S’inspirant de la parabole des talents, Charlie ‘’Tremendous’’ Jones nous rappelle ceci : « Dieu a donné à chacun certains attributs, caractéristiques et talents puis IL  a dit, «Si tu utilises ce que tu as, je l’améliorerai, mais si tu ne l’utilises pas, tu le perdras » L’utiliser ou le perdre; voilà la loi ». Aussi paradoxal que cela pourrait paraître beaucoup de gens en situation de pauvreté et ceux de la classe moyenne ne comprennent pas pourquoi les riches sont davantage riches et les pauvres davantage pauvres. Le principe est très simple : tout talent que vous n’utilisez pas vous est automatiquement enlevé et donné à celui qui en a déjà pour  remettre ce dernier dans l’abondance (Mathieu 25 : 30-31). Oubliez si vous préférez la référence divine mais si vous n’utilisez pas votre intelligence et votre énergie pour être riche par vous-même (en investissant dans votre propre affaire ou une affaire qui rapporte) vous les mettrez à la disposition d’un entrepreneur ou organisme financé par des entrepreneurs. Et qu’est-ce qui arrive à la fin ? Ils prennent la plus grosse part. L’autre dira « Mais en travaillant j’utilise aussi mes talents et mes ressources pour avoir de l’argent en retour ? ». « Justement, c’est pour cela que vous n’avez que ce que vous avez », lui répondra-t-on.

Rappelez-vous la belle phrase du beau poème « Il faut aimer le travail » : « Si mon intelligence n’était pas travaillée, elle serait restée stérile ». Si vous voulez progresser un peu plus, si vous voulez obtenir un peu plus de résultat, il faudra mettre vos talents au travail, il faudra les travailler un peu plus à fond. Cela suppose que vous ne perdiez pas votre temps à essayer de faire des choses pour lesquelles vous n’avez pas de talents.

Corollaire N°4 : Si vous faites ce pourquoi vous n’avez pas le talent, vous êtes pire qu’un esclave !

Le maître paie ce qu’il a pour s’offrir les talents qu’il n’a pas et à la fin il a la plus grosse part. Et visiblement, celui qui met son talent à sa disposition n’est rien d’autre qu’un employé (vrai sens : un utilisé). Si vous lui demandez pourquoi il est obligé de vendre ses talents de cette manière, il vous dira que cela lui rapporte au moins de l’argent. Quoi qu’il en soit  sa situation est bien meilleure que celle de celui qui emprunte les rêves et les projets des autres. Il se dit à son propre compte ou il se sent heureux d’être entrain de faire ce que la plupart des gens qui s’en sortent font mais il a des maitres (ou un maitre) qui ne coopèrent pas avec lui et qui ne lui paient aucun salaire à la fin. Il essaie de les imiter  mais à peine arrive-t-il à suivre leur rythme. En plus du fait que sa contribution n’est pas utilisée par ceux qui arrivent à gagner et donc gaspillée, il ne gagne rien et s’use autant que l’esclave. L’esclave n’a pas de salaire mais au moins sa contribution est utilisée. Vous imaginez combien de personne veulent chanter (rapper) eux-aussi, paraître riche eux-aussi (et s’endettent donc s’appauvrissent), abandonnent leurs projets et prennent un emploi eux-aussi (rapportant moins que ceux dont ils sont capables), ceux qui refusent d’assurer des responsabilités historiques à travers l’expression de leur leadership (ancré) et subissent l’autorité de gens intrinsèquement plus faibles qu’eux ? Ils sont pires que des esclaves.

Si vous leur demandez pourquoi ils ne retournent à leurs rêves de départ, pourquoi ils ne font pas ce qu’ils savent faire le mieux, ils vous diront que cela ne rapporte pas la gloire, la sécurité, l’argent, l’approbation des autres et la tranquillité dont ils ont besoin. Qu’ont-ils fait de leurs talents ? Ils les ont enterrés.

Corollaire N°5 : Vous méritez plus que ce que vous obtenez actuellement !

Une petite idée traduite en solution concrète peut transformer complètement la manière dont nous vivons et changer le monde. Le génie d’un seul homme suffit pour atteindre des niveaux extraordinaires de performance et de résultats là où ils ont toujours manqué. En effet, les gens talentueux constituent des leviers d’efficacité et d’exploits. Mais pour produire du résultat à leur summum, ils ont eux-aussi besoin de leviers. Si avec vos talents vous arrivez actuellement à produire des niveaux extraordinaires de résultat, sachez que « 1 est un chiffre trop petit pour réaliser de grandes choses » (John Maxwell). Vous avez besoin de faire appel à un talent dont vous disposez déjà en étant suffisamment malin pour comprendre que si vous pouvez intelligemment faire équipe avec d’autres personnes, vous atteindrez des niveaux de résultat bien meilleurs que ceux que vous atteignez actuellement.

Au cours du séminaire que je vous rapportais un peu plus haut, je rappelai aux participants qui tous croyaient en Dieu comment des entrepreneurs (dont moi) ont pu atteindre des niveaux extraordinaires de résultat en faisant équipe avec le créateur suprême de leur génie : Dieu. Sinon qui pourrait mieux savoir comment utiliser votre génie au summum de son potentiel et aider à le faire si ce n’est Celui qui l’a créé ? L’inventeur propose la notice. Alors si vous croyez en Dieu, vous devez penser à faire équipe avec Lui dans l’œuvre de renforcement et de fructification de vos talents au cas où vous reconnaitriez que c’est Lui qui vous les a donnés. A défaut, faites équipe avec d’autres créatures et l’efficacité de votre capacité à créer se verra renforcée. Jobs & Worsyacks (Apple), Gates & Allen (Microsoft) , Brin & Page (Google), Hewlett & Packard (H&P), Les frères Wright (Premiers Avions), Pierre & Marie Curie (Vaccin), Filo & Yang (Yahoo !) ; même Zuckerberg a dû faire appel à des fructificateurs de talents pour monétiser son concept.

Ne pensez pas que vous seriez suffisamment talentueux pour y arriver seul sans avoir besoin de l’autre. La synergie a la caractéristique propre à elle d’amener 1+1 à produire plus de résultat que le Résultat de 1 + le Résultat de 1. Sachez faire équipe et demander conseil, lisez ce que vous devez lire, faites-vous aider par qui peut vous aider (un coach, un mentor, un collègue, un client, un fournisseur…) pour réaliser les meilleurs résultats que vos talents associés à ceux des autres puissent réaliser.

Corollaire N°6 : Comme vous vous en rendez compte, comme vos 24 heures, vos talents rapportent ce que rapporte l’utilisation que vous en faites et il y a un compte plus grand à rendre. 

Je dois m’obliger à accepter qu’il n’est pas facile de découvrir ses talents et ceci peut constituer une circonstance atténuante pour ceux qui n’arrivent à pas déceler leurs talents pour les utiliser à profit. Mais je pense que si vous ne pouvez pas vous rendre compte de vos talents (qui pour moi constituent des ressources sacrées), vous pouvez tout au  moins vous rendre compte de ce que vous disposez (possession) de 24 heures par jour (le temps est une ressource tout aussi sacrée = talent). Et incontestablement, vous pouvez bien vous rendre compte de ce que rapportent vos 24 heures. Elles rapportent ce que rapporte l’utilisation que vous en faites. De la même manière, votre vie (addition enchainée de vos 24 heures) rapportera ce que rapporte  l’utilisation que vous en faites. La douleur est grande quand on se rend compte, après avoir passé 30 ans à mal utiliser son temps, ses talents et sa vie, des miettes qu’ils ont rapportées. Mais ce n’est rien d’autres que ce que rapporte l’utilisation qu’on a en faite.

Vous pouvez avoir de meilleurs résultats. Vous méritez plus de résultat et le temps qui est passé n’est pas un handicap. Vos talents qui ont longtemps dormi ne constituent pas un regret. Vous avez la possibilité de commencer à les utiliser maintenant et plus intelligemment en vous associant aux forces et talents de tiers qui vous permettront de réaliser et d’atteindre vous aussi, très rapidement, tout ce dont vous étiez capable depuis et avant le début. Travaillez et fructifiez vos talents chaque jour comme si c’est le dernier. Vivez chaque jour comme si c’est le dernier et créez de la valeur avec  le concours de vos talents et de Celui qui vous les a donnés. Ainsi vous n’aurez pas besoin d’attendre la fin de votre vie avant de vous rendre compte de ce que vous êtes un fructificateur instantané et constant de talents.

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 30 livres.

Comments

  1. Samba Répondre

    Texte très profond, en tant musulman j’ai compris une ressemblance de la Voix du Seigneur travers ses différents Livres et qu’il suffit qu’Il nous accompagne pour que nous soulevions des montagnes car Il nous a déjà dotés des moyens ou des talents.

    • Hermann CAKPO Répondre

      Nous en sommes ravis. Merci à vous. Hermann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *