4 choses que les gagnants savent

//4 choses que les gagnants savent

4 choses que les gagnants savent

J’ai appris que les gens n’échouent pas mais ils arrêtent d’essayer. Les gagnants le savent, c’est d’ailleurs pour cela qu’ils n’arrêtent jamais de travailler à atteindre leurs objectifs. Pendant que la plupart des gens se plaignent de ce qui suit, les gagnants savent clairement que ça fait partie du jeu, du jeu de la gagne.

1. Beaucoup de difficultés et de la solitude

Pour les résultats rares qu’ils doivent produire, les gagnants savent que cela ne va pas être une mince affaire. Lorsque les défections des camarades de route viennent, ils se rappellent que tout le monde peut commencer l’aventure mais que tout le monde n’ira pas jusqu’au bout. Pour eux, la surprise ce n’est pas lorsque les gens demandent à partir parce qu’ils n’en peuvent plus. La surprise, c’est lorsqu’il y a en un qui restent malgré les difficultés. Ils savent que celui-là est un gagnant. Les gagnants savent qu’il n’y a en général pas du monde au sommet. Tout le monde n’accepte et ne supporte pas les difficultés, les humiliations, la honte d’être en train d’avoir du mal. Mais les gagnants savent tout cela n’est qu’une étape et poursuivent le chemin malgré tout.

2. Beaucoup de travail

L’ancien Président sénégalais Abdoulaye Wade s’était lancé comme défi de remettre les sénégalais au travail leur rappelant au début de son SOPI : »Il faut travailler, toujours travailler et encore travailler ». Je me dis que c’est peut-être parce qu’il se rendait compte de l’immensité du travail à faire pour développer le Sénégal. Je ne suis pas politicien mais je pense qu’il avait vu juste dans cette exhortation. Je pense qu’il avait compris qu’il fallait du travail. Malheureusement pour lui, les gens voulaient des emplois ignorant certainement qu’il y a un travail endogène à faire pour assurer le développement. Par exemple, développer les infrastructures, construire des écoles et des hôpitaux ; il semble que Wade s’est lancé dans un vaste chantier à cet effet. Le problème, c’est qu’il a commis beaucoup d’erreur. Et c’est une chose à laquelle les gagnants s’attendent.

Ne prenez pas en mal. Mon exhortation n’est pas politique. Ce que je voulais dire, c’est que la transformation et le développement à tous égards nécessitent beaucoup de travail et beaucoup plus de travail que ce que nous pouvons imaginer. Pour s’en rendre compte, il faut s’y mettre et vouloir aller jusqu’au bout, continuer de travailler jusqu’à voir les premiers résultats et se comparer constamment à son potentiel de réalisation, poursuivre le travail, finir le boulot et se demander ensuite : « Quelle est la prochaine étape? ». Tout ceci, parfois sans repas, sans répit et presque à trépas.

3. Beaucoup d’erreurs

Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne commettent pas des erreurs. Il n’y a ceux qui sont en dehors de l’arène qui peuvent voir les erreurs que l’homme d’action commet. Mais en aucun cas, le mérite ne revient à ceux qui sont à la touche. Le principe est simple, si vous décidez de faire ce que la plupart des gens ne font pas par peur de commettre des erreurs, il n’y aucune surprise à vous rendre compte de ce que vous commettez des erreurs et que vous n’êtes pas aussi propre que vous auriez aimé. Tout ceci est normal. Vous êtes dans un processus et non à la fin. N’oubliez pas que personne ne vous applaudira jusqu’à ce que vous finissiez de peaufiner votre résultat.

Au fond, vous pouvez toujours choisir entre réaliser parfaitement 10% de votre potentiel et commettre des erreurs certes mais finir par réaliser 90% de votre potentiel. Vous avez à continuer de prendre des risques là où les autres ne veulent rien risquer parce qu’ils veulent rester parfaits? C’est en voulant lançant, en poursuivant votre route malgré vos imperfections et en travaillant que vous finirez par réussir brillamment là où ils ne seront que des spectateurs.

4. Beaucoup de réflexion/d’insomnie

Il parait que la plupart des gens ne veulent pas essayer des choses hors de leur portée parce qu’ils n’aiment pas réfléchir, parce qu’ils veulent être tranquilles, parce qu’ils veulent faire de tous les jours un dimanche. Mais ce que les autres appellent généralement « soucis » lorsqu’ils disent qu’ils ont des « soucis », les gagnants appellent ça « une question qui méritent réflexion ». Certains l’appellent une question à « 64.000 dollars » ou « 10 millions d’euro » suivant les langages. Cette façon différente de réinterpréter le problème les met dans la disposition mentale où ils savent que s’ils trouvent la solution, ils vont s’ouvrir les portes de la fortune. Devoir réfléchir et parfois rester en éveil pour trouver la solution adéquate dans une situation précise n’est pas ce dont les gagnants se plaignent contrairement aux autres qui fuient constamment et refuser de prendre les responsabilités qui pourraient les obliger à prendre des décisions difficiles, à devoir réfléchir. Rappelez-vous, il y a un avantage à passer des nuits blanches, la question, c’est de savoir si c’est votre potentiel de réussite qui vous garde en éveil ou si ce sont vos problèmes.

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 30 livres

Par | 2017-08-30T21:01:42+00:00 décembre 4th, 2016|Catégories : Excellence personnelle|Mots-clés : , , , , |0 commentaire

Laisser un commentaire