6 attitudes à ne pas avoir lorsque la promotion ou le succès que vous attendez met du temps

abonnement_hctranslab

attitudes-a-ne-pas-avoir-quandpasde-succes

Obtenir une promotion ou une reconnaissance dans sa carrière est l’une des manifestations de progrès et de réalisation de soi à laquelle nous aspirons pour la plupart. Maintenant, pour obtenir du résultat sur le long terme, vous avez besoin d’enchainer aussi longtemps que possible les attitudes et les réactions en phase avec vos aspirations. Et c’est seulement lorsque vous gardez le bon rythme que le temps et les résultats vous donneront raison. Tâchez de ne pas avoir les attitudes suivantes lorsque vous espérez finir par avoir du succès dans votre vie et dans votre carrière.

  1. Arrêter de faire ce que vous faisiez de bien

Pour obtenir un certain niveau de succès dans votre vie et dans votre carrière, vous devez avoir certaines attitudes précises mais surtout vous devez les enchainer le plus longtemps possible. On appelle cela l’effet manivelle. Vous devez tourner la manivelle dans le bon sens le plus longtemps possible pour finir par obtenir du résultat. Il faut absolument éviter les coups d’arrêt. De toutes les façons, lorsque vous espérez du succès et de la promotion et faites ce que vous jugez nécessaire pour y arriver et que cela n’arrive pas aussi rapidement qu’espéré, ce n’est pas lorsque vous allez arrêter de faire les bonnes choses que vous faisiez que le succès va venir ? Ne perdez pas de vue ce qui vous permettra d’obtenir la promotion et le succès que vous espérez. Et surtout si la reconnaissance et le succès n’arrivent pas, considérez que c’est parce que vous n’avez pas encore donné suffisamment ce qu’il faut. Continuez de vous améliorer et d’exceller pour devenir si bon qu’il soit impossible de vous ignorer. Si vous arrêtez de faire ce que vous faites et devez continuer de faire de bien, la promotion s’éloignera et même si elle finit par venir, vous ne serez pas prêt.

  1. Abandonner la production de résultat pour la politique

Alors qu’il a été promu Directeur Financier et Contrôleur d’une grande banque, un cadre s’étonnait de voir que ceux qui sont ses supérieurs hiérarchiques n’ont pas forcément le niveau qu’il pense qu’on devrait avoir pour être là où ils sont. Il partage son étonnement avec un ainé qui travaillait au siège de la banque. Celui-ci lui conseilla: « Pour arriver là où tu es, il faut travailler dur. Mais pour passer un peu plus haut, il faut faire de la politique ». Le directeur financier était vraiment déçu surtout qu’il ne voulait pas faire de la politique. Quelques mois plus tard, il a été enlevé de son poste sans raison et remplacé par quelqu’un de vraiment piètre. Les résultats de la banque ont baissé drastiquement ; le contrôle et l’analyse financiers n’étant plus de qualité. On a dû le rappeler pour occuper à nouveau le poste.

C’est vrai que dans les systèmes où le résultat ne compte pas, la politique peut vous permettre d’avoir de la promotion. Que réussiriez-vous de mémorable dans un tel système ? Par contre, pour un système où le résultat est déterminant, faites toujours de votre mieux ; produisez ce que vous devez produire et concentrez-vous dessus ; soyez l’homme ou la femme du résultat et vous serez l’homme ou la femme de la situation en son temps. Continuez de travailler sur vous, de vous aiguiser et de vous améliorer jusqu’à finir par avoir la reconnaissance que vous. Si entre temps votre patron ne vous voit pas, vos collègues vous voient ; si vos collègues ne vous voient pas, vos clients vous voient ; et si vos clients ne vous voient pas, votre expertise est en train de s’améliorer et vous servira certainement très prochainement. Si vous préférez faire de la politique, vous allez peut-être avoir de la promotion mais vous ne serez rien de meilleur en dehors du système. Il va vous griller. Beaucoup de cadres en ont été victimes. Ne tombez pas dans ce piège.

  1. Ecoutez ceux qui n’ont pas été promus et qui en sont aigris

Autant vous ne devez pas tomber dans le piège de ceux qui ont utilisé la politique pour progresser dans leur carrière, autant il ne faut pas se comporter comme ceux qui ont du mal à avoir la promotion – surtout s’ils ont arrêté de faire ce qu’il faut continuer de faire pour finir par y arriver. Ceux qui n’ont pas réussi ce que vous voulez obtenir ne peuvent pas vous indiquer comment y arriver ; ils ne seront pas assez enthousiastes pour vous motiver ; ils ne feront que vous dire comment c’est compliqué d’y arriver. Ils partageront avec vous des « il parait que » et jamais des « comment j’ai fait… ».  John C. Maxwell dit que vous saurez quelle direction votre vie et votre carrière sont en train de prendre en regardant la qualité des gens avec qui vous passez du temps et dont vous partagez les idées.

  1. Vous en prendre à votre patron et au système

Ne tombez surtout pas dans le piège que c’est votre patron qui est votre problème, qu’il ne vous comprend pas, qu’il est un mauvais leader, qu’il est un politicien, qu’il est un médiocre qui ne fait que profiter de vos résultats. C’est peut-être possible mais une question importante que vous devez vous posez c’est : « Si on me changeait de département, est-ce que je serai plus performant ? » ou encore « Si je changeais d’entreprise, est-ce que je serai plus performant ? ». La réponse peut-être oui. Mais avant cela, analysez bien les reproches que votre patron vous fait et voyez si c’est pour vous permettre d’avancer ou pour vous torpiller  le moral et vous décourager de continuer de faire ce que vous faites de bien. Dans les deux, vous devez dépasser votre ressentiment personnel et vous atteler à faire ce que vous devez faire pour produire des niveaux de résultats qui soient à la hauteur de ce que vous pensez être ou devoir devenir. N’oubliez pas que l’excellence est une affaire personnelle. C’est de votre carrière qu’il s’agit et non celle de votre patron.

academie_du_developpement_personnel

  1. Confondre votre incapacité à gérer la pression (l’adversité) avec le besoin d’abandonner

Alors que je devrais faire un choix difficile, un sage me posa la question suivante : « As-tu affaire à une épreuve ou à une tentation ? ». Je lui ai répondu que je ne savais pas. Il me suggéra ceci : « Dans les deux cas, il faut que tu te battes et que tu tiennes bon ». Je vous recommanderais le livre LE DIP de Seth Godin pour savoir quand abandonner. Sachez que lorsqu’il est question de finir par connaître le succès et la promotion, la plupart des gens abandonnent parce que c’est compliqué. Il ne faut pas confondre le fait que vous soyez tenté d’abandonner avec le fait que vous devriez abandonner. La force de caractère que vous avez besoin d’avoir pour travailler et exceller dans certains environnements futurs se forge en général dans des environnements et dans des équipes moins favorables. Et c’est votre capacité à tenir bon là où c’est très difficile qui vous fera profiter du terrain d’entrainement que constitue votre environnement actuel afin d’exceller et d’être promu plus rapidement à vos postes futurs. Il arrive souvent qu’après avoir quitté un environnement difficile, l’on se retourne et se dise : «  Au finish, je me rends compte de ce que cet environnement m’a été très formateur et m’a préparé à exceller là où vous je suis actuellement.

  1. Pratiquer la dichotomie comportementale

Dans la vie en général comme dans la gestion de nos carrières, il n’est pas rare que nous nous surprenions en train de pratiquer la dichotomie comportementale. En effet, la dichotomie comportementale, c’est lorsque nos comportements et notre attitude au quotidien sont en déphasage total avec nos aspirations profondes. Certains appellent cela « vouloir une chose et son contraire » ou encore « vouloir une chose et faire son contraire ». J’appelle cela : « Prendre un job d’été au moulin de l’ennemi » comme vous pouvez le lire dans mon livre N’attendez pas pour être heureux. Vous vous surprenez en train de faire les choses que devraient occasionner votre pire ennemi, celui-là même qui serait prêt à tout pour vous empêcher d’atteindre vos objectifs. Vous travaillez contre vous-même sans le savoir. Exactement ce que fait un fumeur dont le poumon est déjà malade : il fume mais s’il tousse à mort. Si vous tenez à finir par connaitre la promotion et le succès, assurez-vous de ce que votre comportement au quotidien apporte constamment de l’eau au moulin de vos objectifs. Assurez-vous d’avoir une attitude et des comportements en phase avec ceux que devrait avoir une personne qui veut connaître la promotion et le succès. Tâchez surtout de ne pas penser, agir ni travailler contre vos propres intérêts, contre vous-même.

besoin_coaching

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

banniere-n-l_600_428

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 30 livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

veuillez partienter

Abonnez-vous a notre newsletter

Vous voulez etre averti lorsque notre article est publie ? Entrez votre adresse e-mail et le nom ci-dessous pour etre le premier a savoir.