4 raisons de « Dire la Vérité »

abonnement_hctranslab

raisons-dire-verite

Aussi douloureuse qu’elle soit la vérité fait gagner du temps. Ce n’est pas le mensonge qui fait gagner du temps mais plutôt la vérité et les gens qui sont pressés de solidifier les bases de leur leadership intrinsèque ne perdent pas du temps…

1. La douleur vécue une fois pour toute

En décidant de reporter à plus tard la livraison de la vérité, nous espérons en général reporter la douleur que nous inoculent les conséquences de la vérité froidement servie. Mais quelle consolation, quelle soulagement une fois que cette douleur est passée. On a en enfin la possibilité de se regarder en face. Fauchés et touchés simultanément ensemble, on contemple les blessures et nos vulnérabilités lorsque nous réussissons en avoir la force et le pardon s’invite. Bon je sais que présenté ainsi, c’est trop facile. Mais je suis le premier à savoir que ce n’est pas facile même si je reste convaincue que c’est de l’ordre de la plus grande simplicité. Et pour ce que je sais, attendre rend la douleur moins violente mais les blessures sont plus profondes…Désormais, ce que je fais, c’est que je ne regarde pas la douleur que je fais subir mais  le déchargement et le soulagement auquel je vais aboutir sachant que les blessures profondes causées pourraient rester longtemps…Pas facile mais simple !

2. La conscience de la réalité rétablie

Plus tôt la vérité est servie, plus tôt nous devenons conscients de la réalité dans laquelle nous nous trouvons. L’ironie du sort dans la livraison du mensonge aux autres, c’est qu’en le servant aux autres, nous nous la servons en même temps. C’est paradoxal quand même : lorsque vous faites croire aux gens que vous n’êtes pas coupable, vous vous convainquez par la même occasion que vous n’êtes pas coupable. Or en matière de changement personnel, on ne sent l’urgence des actions correctrices à engager que lorsqu’on accepte sa réalité telle qu’elle est effectivement et s’engage à l’amener à devenir effectivement telle qu’on désire qu’elle soit. Je ne sais pas pourquoi la perception nous rend rarement service. Si vous voulez que les gens perçoivent votre réalité d’une certainement manière et réussissez à la présenter ainsi, c’est de cette même manière que vous la percevrez même si ce n’est pas la réalité. Comme les actions que l’on est prêt à engager dépendent de la perception de la réalité et non de la réalité telle qu’elle, rien à faire…Nous ne changeons pas et lorsque nous ne changeons pas, la catastrophe survient inexorablement…

3. L’urgence du changement plus claire

academie_du_developpement_personnel

Celui qui n’a pas la conscience de sa réalité ne peut ressentir l’urgence de son changement. John C. Maxwell a consacré un chapitre entier à la conscience de la réalité dans son livre Leadership Gold (Les Règles d’Or du Leadership). Il a posé la question de la manière la plus simple possible. Et chacun de nous devrait se la poser : Est-ce que je connais ma réalité ? Il me semble bien qu’aussi longtemps que nous ne nous faisons pas la bonne définition de notre réalité, nous ne savons pas engager les actions adéquates pour l’améliorer en notre faveur. Mais il y a une phrase de David Bach dans Debt Free for Life qui m’a fait comprendre que la conscience de la réalité ou la bonne définition de notre réalité nous conduit automatiquement à la conscience de l’action urgente à engager ou tout au moins à la clarté de ce que nous ne devons pas faire.

« Lorsque vous êtes endettés, sachez que vous êtes dans un trou, arrêtez de creuser », écrit-il. C’est bien curieux mais si je définis « Etre endetté » comme « Etre dans un trou », il est clair que si je compte sortir de l’endettement, je ne peux pas me permettre de continuer de prendre de la dette, « creuser », autrement j’aurai le trou le plus profond au monde, d’où je n’aurai que de la difficulté à sortir.  En effet l’une des raisons pour laquelle la plupart des gens n’arrivent pas à sortir de l’endettement, c’est qu’ils ne le définissent pas comme étant dans un trou, et prendre une autre dette c’est creuser davantage le trou, ils pensent en général que la nouvelle dette est du sable qui vient boucher le trou. Erreur !

besoin_coaching

4. L’action mieux orientée

La bonne nouvelle lorsqu’on sert aux autres la vérité et qu’on se la sert soi-même par la même occasion en corrigeant sa définition de sa réalité, c’est qu’on ne se trompe plus d’action à engager. « Voici que je suis endetté (ma réalité). Ce qui veut dire que je suis dans un trou (ma définition de ma réalité). Si je veux sortir de ce trou (résultat désiré), je dois arrêter de creuser (action adéquate). Celui qui dit gaillardement que « parfois le mensonge aide », se donne une définition erronée de sa réalité. Au lieu de dire : « Jusque-là aucun de mes mensonges ne m’a réellement aidé », il se dit le contraire. Que fera-t-il la prochaine fois qu’il sera coincé ? Il recourra automatiquement au mensonge. C’est bien lui qui s’embourbe jusqu’à ce qu’il se fasse une bonne définition de sa réalité.

banniere-n-l_600_428

L’efficacité de la bonne définition de sa réalité est telle qu’aussi longtemps que vous tenez d’autres personnes ou des évènements extérieurs (à vous) responsable de votre situation, vous ne vous sentez pas obligé d’engager les actions de correction. Au lieu d’agir pour corriger la situation, vous passez votre temps à pleurnicher et à vous victimiser. Le problème avec la victime, c’est qu’il va au tribunal (action vaine) – je n’ai rien contre les tribunaux s’ils pouvaient être plus rapidement l’action correctrice et performante – au lieu d’aller au champ (comportement responsable adéquat).  Demandez-lui pourquoi il préfère le tribunal il vous dira que le juge va l’indemniser et qu’il obtiendra que l’accusé lui paie plus que ce que son champ lui rapportera. Comme quoi la mauvaise définition de la réalité nous induit toujours en erreur. Ne pensez-vous pas que c’est une raison suffisante pour commencer à dire à nous-mêmes la vérité en face pour ensuite la partager avec les autres afin de passer le plus rapidement possible à l’action orientée et efficace ?

Par Hermann H. CAKPO
Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 30 livres.

Comments

  1. Sossakponou Répondre

    Tres instruitif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

veuillez partienter

Abonnez-vous a notre newsletter

Vous voulez etre averti lorsque notre article est publie ? Entrez votre adresse e-mail et le nom ci-dessous pour etre le premier a savoir.