La méthode du miroir et de la fenêtre pour les leaders

methodemirroiretfenetre

Deux moments de vérité peuvent être déterminants dans la qualité de votre leadership : lorsque les choses tournent bien et lorsque les choses tournent mal. Et pendant ces deux moments, vous aurez la possibilité entre utiliser le miroir (ne voir que vous) ou la fenêtre (ne voir que les autres). C’est la méthode du miroir et de la fenêtre et votre capacité à l’utiliser efficacement  qui vous permettra de renforcer votre leadership.

Vous avez dit « responsable » ?

La bonne nouvelle lorsque vous êtes un leader, c’est que vous êtes le premier responsable. Je dirai même que vous êtes responsable en premier et en dernier ressort. Vous êtes responsable, c’est-à-dire que vous devez répondre des bons résultats et des mauvais résultats des gens qui sont « sous votre responsabilité ». L’efficacité voudrait que vous saucissonniez la mission qui vous est confiée pour la partager entre les gens qui sont sous votre coupole et qui forment avec vous l’équipe chargée de la mission. Un élément important : vous ne pouvez pas saucissonner la responsabilité qui vous est confiée, que vous la partagiez avec les membres de votre équipe, vous la garderez entièrement. Et il y a une autre bonne nouvelle : vous avez toujours le crédit de la qualité des résultats de votre équipe, que les résultats soient bons ou mauvais. On a toujours un trophée pour tout ce qu’on fait dans la vie : le trophée du premier de la classe ou le trophée du dernier de la classe. Vous ne pouvez pas refusez le trophée qui revient à votre équipe pour ses résultats. La question, c’est comment vous faites porter les deux différents trophées. C’est ici que la méthode du miroir et la fenêtre intervient.

Les meilleurs leaders donnent le crédit et conservent la responsabilité

Vous confiez une mission à un membre majeur ou non de votre équipe ou votre équipe travaille sur un projet pour lequel vous devez rendre compte à un supérieur ou à vos clients, aux actionnaires, aux autres employés ou à la communauté. Lorsque les résultats sont bons, vous avez la capacité de regarder dans votre propre miroir et dire : « J’ai réussi. Je suis un vrai génie. Heureusement que j’ai veillé aux grains, autrement ces gens n’auraient pas été à la hauteur du challenge. Il faut toujours leur mettre la pression, autrement tu n’as aucun résultat ». Vous avez raison de procéder ainsi mais les meilleurs leaders donnent le crédit aux autres et conservent la responsabilité. Alors ils utilisent la fenêtre dans ce cas.

Ils regardent par la  fenêtre, voient leurs hommes en bas d’eux, voient les conditions favorables de l’environnement, voient la grâce, les faveurs qu’ils ont eues, la chance et Dieu et disent : « Je n’aurai pas pu y arriver sans eux » et quand ils sortent ils disent à leurs collaborateurs « Rien de ceci n’aurait été possible sans chacun de vous. Vous avez fait un excellent travail. Vraiment merci ». Devant la presse ils disent : « Nous avons eu de la chance et les conditions du marché ont été meilleures que ce que nous pensions et puis mes collègues ont fait un excellent travail et je profite ici de l’occasion pour dire merci à chacun d’entre eux ». Et ce n’est pas parce que vous aurez dit cela que vous perdez le crédit des merveilles réalisées par votre équipe. Même pas. La crème remonte toujours à la surface. Si les gens qui sont en bas de vous font des exploits, le mérite remontera toujours jusqu’à vous. Voilà.

besoin_coaching

« Donc, tu n’es plus responsable ? »

C’est la question que mon mentor me posa lorsqu’il m’entendait dire que j’ai fait tout ce que je pouvais mais les conditions n’étaient pas faciles. Je voulais rendre l’environnement responsable de même que mes équipes, mon banquier et mes fournisseurs responsables. Je voulais utiliser la fenêtre ici. Il me rappela que l’environnement ne pouvait pas être responsable puisqu’il ne peut pas prendre la parole pour répondre de quoi que ce soit. « Tu peux prendre la parole devant ton miroir et dire : « Je suis responsable de tout ça. C’est moi qui ai décidé de la date de lancement, qui ai choisi le marché et le segment cible, c’est moi qui ai accepté et signé le contrat ; c’est moi qui ai choisi mes collaborateurs et leur ai affecté les différentes tâches projets. C’est moi».  J’ai compris qu’il fallait utiliser mon propre miroir. Lorsque je suis rentré chez moi, je me suis mis devant mon miroir et ai répété la même phrase. Lorsque quelqu’un me demande « Hermann, qu’est-ce qui s’est passé au fait ? », je répondais : « Je n’ai pas bien fait les choses ».

Le crédit et la responsabilité sont à vous (en dernier ressort)

 Ce n’est pas facile ni évident cette méthode du miroir et de la fenêtre. Mais la substance et la qualité de votre leadership en dépend. L’essence même du leadership, c’est la responsabilité à 100%  autrement vous n’êtes plus le premier responsable de l’entreprise ou de l’équipe. Autant démissionner dans ce cas ?

Utilisez désormais la fenêtre lorsque les choses se passent bien pour remercier et reconnaitre le mérite de vos équipes et les faveurs dont vous avez pu bénéficier (le crédit vous reviendra en dernier ressort). Utiliserez le miroir pour répondre des failles de vos hommes (de toutes les façons ceux qui ont mal fait savent qu’ils ont mal fait et ça ne vous coûte rien de dire « J’assume » ; même si vous refusez d’assumer les gens sourirons au fond d’eux parce qu’ils savent que vous êtes le responsable en dernier ressort).

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *