La stratégie des 4D pour mesurer votre détermination à atteindre vos objectifs

strategie4d

J’ai appris de Robert Kiyozaki que la mission la plus forte gagnera toujours. J’ai compris depuis longtemps que ce n’est pas celui qui a plus de moyens qui gagnera mais celui qui est plus déterminé à mobiliser tous les moyens disponibles ici et ailleurs. J’ai compris que c’est celui qui a plus faim, qui est plus appliqué, déterminé et prêt à s’investir et à investir qui gagnera.

Nous ne sommes pas nombreux à vouloir réussir des choses extraordinaires dans la vie ? Si vous pensez que vous faites partie des 3 % de la population mondiale qui réussiront à établir des records et réaliser des performances extraordinaires dans un ou plusieurs domaines, peut-être que vous vous demandez pourquoi vous n’y arrivez pas aussi rapidement ni à la mesure à laquelle vous le souhaitez. On va résoudre le problème par ce premier point.

La réussite fait appel au mérite et elle se manifeste lorsque vous êtes en alignement parfait avec les résultats auxquels vous aspirez. 

Vous pensez qu’il y a des gens qui réussissent et qui ne le méritent pas ? Vous pensez que vous le méritez mieux qu’eux. Il se trouve que pour l’instant ils sont le dépositaire de cette réussite, pas vous. Comme le dit si souvent un de mes amis, il y a une dissonance entre la réussite à laquelle vous aspirez et ce que vous faites pour le réaliser effectivement, c’est pour cela que vous n’y arrivez pas encore. Comme le dit Jim ROHN, la vie ne vous donne pas ce dont vous avez besoin, mais elle vous donne ce que vous méritez.  Si vous n’avez pas encore obtenu ce à quoi vous pensez avoir droit, c’est que vous n’avez pas encore fait ce qu’il faut pour le mériter.

Une de mes copines me disait : «Ecoute, Hermann, regardez ce voyou d’Ignace, tout lui marche. Il gaspille son argent mais il n’en manque jamais ». Je lui posai une question très simple : « As-tu essayé la stratégie des 4D ». « Alors sors-moi ta nouvelle théorie ». Au fond, il ne s’agit pas d’une théorie ; le problème, c’est qu’il y a une dichotomie entre le discours de ma copine et le bonheur auquel elle se dit aspirer. Elle était totalement aigrie contre les riches et développait une aversion pour l’abondance en biens. Elle mangeait peu, portait des vêtements sobres, se contentait de son pauvre job et de son maigre salaire et quand elle sent la moindre insatisfaction, elle s’en prenait aux riches pour l’extravagance de leurs vêtements. Visiblement, elle détestait la richesse, je ne pense pas qu’elle puisse être riche. Non seulement, elle ne fait rien ni ne pense rien pour devenir riche, mais elle abandonne trop vite et se contente de ne pas changer son sort.

Peut-être que contrairement à ma copine, vous voulez être abondamment riche et aimez les riches ? Naturellement, cela ne garantit pas que vous réussissiez. Si vos efforts ont été vains jusque-là, utilisez la stratégie des 4D pour vérifier votre niveau d’alignement et de synchronie avec vos aspirations profondes.

besoin_coaching

1. Vous dites que vous désirez atteindre vos objectifs. Alors,  à quel point pouvez-vous dire que vous êtes OBSEDE? ( DÉSIR = OBSESSION)?

Vous connaissez la phrase que les sceptiques prononcent lorsqu’on demande qui veut être riche. Ils répondent « Qui refuse de gagner 10.000.000? ». Pour eux le problème se résout avec 10.000.000 F CFA. Cela veut dire qu’ils ne le désirent  pas suffisamment. Il y a le groupe des sceptiques très sceptiques, non le groupe des S… qui dit fièrement : « Moi ce qui importe pour moi, ce n’est pas la richesse. Ne voyez-vous pas tous les problèmes que l’argent crée dans le monde?». Comme vous le voyez, en général, ils ne le désirent même pas. J’espère que vous ne faites pas partie de ce groupe de gens ? Si vous en faites partie, vous avez vos raisons. Mais vous n’aurez jamais raison de devenir riche à cette allure. Pourquoi ? Parce qu’on n’atteint que les objectifs qu’on a fixés. Si vous n’avez rien obtenu c’est parce que vous n’avez rien demandé. Si vous n’obtenez pas les choses que vous détestez, c’est parce qu’elles ont fini par vous détester à force de savoir que vous les détestez. Comme le dit Harv T. EKER, « les riches admirent les riches et ceux qui ont de la réussite. Les pauvres ont du ressentiment envers les riches et les gens à succès ». Comment peut-on vouloir être riche et détester les riches ? Il faut du désir ardent, de l’obsession folle et un peu plus de folie pour atteindre des niveaux de résultats extraordinaires et la plupart des gens se sentent mal à l’aise de devoir être obsédé par leur rêve.

Un participant à un séminaire m’a rétorqué ceci : « Mais, M. Hermann, comment pouvez-vous dire que je suis à mon niveau actuel de salaire parce que je ne désire pas un meilleur salaire ? ». Alors je lui posai la question de savoir à quoi doit ressembler exactement son nouvel emploi, les compétences qu’il doit avoir pour mériter le nouveau niveau de revenu. Il ne savait même pas le niveau de salaire qu’il voulait et ce que cela supposait. Il a juste dit : « 300.000 à 400.000 F CFA, ça m’ira ». Non si vous le désirez, vous saurez parfaitement à quoi cela doit ressembler dans les moindres détails (taille, couleur, situation géographique, superficie, valeur, ressemblance, image, la date, l’heure)  si bien que vous vous surprendrez en train de le faire ou de le rencontrer. Si vous le désirez vraiment, vous aurez trouvé trop de frustrations pour commencer. Le désir ne vous fait pas miroiter l’action, il vous plante au cœur de l’action au point où vous n’avez plus d’autres choix de que vous y mettre. Si vous voulez savoir si vous le voulez vraiment, demandez-vous ou vérifiez les prix que vous êtes prêts à payer. Vérifiez si les gens autour vous prennent pour un fou. Si on ne vous prend pas pour un fou, si rien ne vous retient votre attention sinon l’objet ou le sujet de vos aspirations profondes, vous n’avez pas atteint le premier niveau d’alignement nécessaire pour y arriver.

Si vous n’êtes pas obsédé comme le décrit Mario Canonge dans son illustre chanson « C’est la première », je cite : « Mes corbeilles de papiers sont pleines de feuilles où je dessinais ton doux visage; j’écrivais ton nom sans cesse sur des paquets de cigarrettes… » si vous ne pouvez pas montrer ainsi à vos résultats que vous les voulez, vous ne les désirez pas autant. La femme donne son coeur à l’homme le plus fou amoureux, les résultats vont vers les gens qui ont faim et qui sont prêts à tout. Si vous n’avez pas faim, si vous êtes toujours gênés d’être obsédé pour réaliser vos rêves, vous avez besoin d’ajustement.

2. Vous avez dit que vous avez décidé. Alors peut-on vous voir en pleine action au point où celui qui vous voit pourra dire : « Là, je vois qu’il est vraiment décidé » ( DÉCISION = ACTION)?

« Hermann, as-tu finalement pris la décision de ne plus t’excuser pour tes retards ? », me demanda un jour un consultant senior.  « Oui j’ai finalement pris la décision », avais-je répondu. « Mais comment expliques-tu que tu sois encore arrivé en retard aujourd’hui? ». « Monsieur, j’ai dit que j’ai décidé mais pas que c’est déjà fait. Il faut du temps pour changer, nous l’avons toujours enseigné en Management du changement ». Avais-je argumenté. « Soit, seulement que le changement ne commence pas le jour où on a décidé de changer mais le jour où on montre les premiers signes de changement ; c’est ce que nous avons toujours enseigné. Tu l’as oublié ? Les gens attendent un décret d’application lorsqu’ils se décident à prendre de nouvelles habitudes. Et comme c’est le cas, le décret  d’application ne sort jamais et ils entrent dans la routine jusqu’à la prochaine crise. Si tu as décidé et que tu n’as rien fait encore, c’est que tu n’as pas encore décidé ».

Je n’oublierai jamais cette conversation. Depuis lorsque je dis que j’ai décidé, je complète avec « ça y est, on commence ». Décider, c’est agir. Si vous pensez que vous avez décidé mais que derrière et immédiatement vous ne faites rien de concret, c’est que vous n’avez pas encore décidé. Arrêtez de vous faire croire que vous allez désormais faire les choses autrement et obtenir des niveaux de résultat extraordinaires  alors que vous n’avez rien commencé. Si vous êtes décidé, commencez à agir immédiatement, le résultat donnera raison à votre disposition et vous allez vous engager pleinement dans l’action nécessaire, l’amélioration de vos résultats. La prochaine fois où vous vous direz que vous êtes décidé, demandez-vous silencieusement et où sont les premiers actes et les premiers résultats qui le montrent?

3. A quel point pouvez-vous dire que vous ne faites que les choses qui vont dans le sens de ce que vous désirez? A quel point pouvez-vous dire que vous n’avez plus peur de la douleur inhérente à vos choix et que vous les assumez pleinement? ( DISCIPLINE = ACCEPTATION DE LA DOULEUR + OBSTINATION DANS UNE DIRECTION D’ACTIONS PRECISES)

Il y a des choses précises à faire pour obtenir des résultats précis. La discipline consiste à ne pas se trouver d’excuses une fois qu’on a décidé d’améliorer ses revenus, de venir désormais à l’heure, d’améliorer le niveau de ses ventes, d’améliorer ses relations avec ses collègues, d’avoir une vie de couple plus nourrie. La discipline consiste à rapprocher ses résultats de ses objectifs, à se poser à chaque fois la question de savoir comment on devra procéder exactement et sans négociation pour obtenir les résultats auxquels on aspire.

C’est vrai que c’est très difficile de devoir se lever tous les jours à 6h:00 (facile pour beaucoup de gens) quelle que soit l’heure à laquelle on est allée au lit. Mais il se trouve qu’en termes de discipline, l’heure à laquelle vous vous êtes couché ne détermine pas l’heure à laquelle vous devez vous réveiller. Ce qui détermine l’heure à laquelle vous devez vous réveiller, c’est l’heure à laquelle vous devez vous réveiller pour accomplir la première tâche de la journée à l’heure et sans empiéter sur les autres tâches. C’est de la discipline de dormir « au moins 8 heures par jour », si vous y tenez, vous n’avez  qu’à vous arranger pour vous coucher à 22heures en vue d’un réveil à 6h :00 (et beaucoup de gens y arrivent).  C’est que c’est difficile de devoir se réveiller à 6h :00 lorsqu’on s’est couché à 4h :00 mais, cela ne justifie pas que vous soyez en retard à votre réunion de 9 :00 du même jour, que vous ne preniez pas votre petit déjeuner ou que vous bâcliez votre prière du matin. Arrêtez d’avoir des excuses. Rien n’explique vos défaillances sinon que vous avez tout simplement failli quelque part.  c’est  cela être responsable, être discipliné.

La discipline c’est l’application dans le sens ce que qui vous permettra d’obtenir du résultat n’en déplaise à vous-mêmes (vos douleurs) et à n’en déplaise à qui que ce soit (la douleur que vous pourriez avoir de causer de la douleur aux autres). Alors, à quel point pouvez-vous dire que vous n’avez pas froid aux yeux lorsque vous devez faire ce que vous devez faire pour obtenir les résultats auxquels vous dites tenir actuellement? A quel point pouvez-vous dire que vous ne faites aucune faveur lorsqu’il s’agit de s’engager à atteindre les objectifs et réaliser les rêves qui vous tiennent à coeur? Si ce n’est pas encore solide et exceptionnel, vous devez procéder aux ajustements requis.

4. A quel point pouvez-vous dire que vous enchainez les actions sans relâche et sans perdre de l’enthousiasme lorsqu’il s’agit de vous battre pour vos rêves? (: DÉTERMINATION = ABNEGATION + CONTINUITÉ DANS L’ACTION)?

Rien n’est facile et jamais rien ne le sera sauf les choses peu extraordinaires – même là encore. Les choses ne deviendront pas plus faciles surtout qu’elles deviennent toujours domptables avec le temps à condition que vous restiez en jeu, que vous ayez de la détermination, que vous n’abandonniez pas, que vous n’abandonniez pas trop tard.  Un jour alors que nous préparions une formation, nous avons mis en place un plan pour recruter des participants. Après près de 35 appels, nous n’avions obtenu aucun participant. Quand finalement j’étais tombé sur un participant qui se disait intéressé par le séminaire, il voulait qu’on divise le prix normal par trois pour lui permettre de participer. Je l’ai mis sur la liste quand même et puis je lui ai demandé ce qui l’attirait dans la formation : « C’est la première fois que j’ai entendu parler d’une telle manière  d’une telle formation ». Sur la base du secret qu’il venait de révéler, j’ai modifié mon script. Malgré ça, j’avais toujours du mal jusqu’à ce que je tombe sur le quatrième inscrit sur les 15 que j’attendais : « Qu’est-ce qui fera que les gens participent à une telle formation et acceptent de payer pour ? ». « Il faut qu’ils soient des gens comme moi qui ont déjà le besoin et cherchent une offre aussi adéquate que la vôtre ».  Après l’avoir relancé 5 fois, j’ai fini par le convaincre de me donner la liste des gens qui pensent comme lui. Finalement 11 personnes sont venues par lui. J’avais atteint mes objectifs en termes de nombre d’inscrits.

Croyez-moi, être à 4 participants dont trois qui hésitent à 5 jours d’un séminaire, il n’y a rien de plus stressant et la veille, c’est encore plus irritant. Nous avions imaginé à plusieurs reprises annuler la formation. Les 11 participants avaient donné leur confirmation la veille à 22 heures et surprise agréable : «3 autres participants que nous n’attendions pas s’étaient présentées les premiers le jour de la formation. Quand je me rappelle que nous avions failli tout annuler. Ce n’est jamais gagné ni perdu d’avance, Il faut persévérer. Persévérer pendant qu’on travaille, qu’on travaille à saisir la moindre opportunité, la moindre brèche, jusqu’à la moindre facilité. Depuis cette expérience, je n’annule jamais une session sans avoir fait ce qu’il faut. J’ai compris que pour gagner, il ne faut jamais lâcher et que ceux qui lâchent souvent ne gagnent presque jamais. Ne disent-ils pas que les gagnants ne lâchent jamais et que les lâcheurs ne gagnant jamais?

Vous n’aurez jamais lutté suffisamment si votre lutte n’aboutit à aucun résultat notables et durables. Assurez-vous de ce que lorsque vous vous battez pour vos rêves, vous n’en arrivez pas à un moment où vous vous dites : « J’ai fait ce que j’ai pu ». Assurez-vous de ce que vous ne tombez pas dans le piège de l’essoufflement stratégique et que lorsque vous vous y mettez vous savez donner tout ce que vous devez donner jusqu’à obtenir du résultat. Assurez-vous de ce que vous ne dites des choses du genre : « Ce n’est plus la peine maintenant ». Soyez aussi déterminé pour finir par obtenir la victoire comme l’a fait Winston Churchill face à l’invasion nazie car comme il le dit : « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur…vous aurez la guerre. Vous vous demandez : quel est notre but ? Je réponds par un seul mot : la victoire, la victoire à n’importe quel prix, la victoire en dépit de toutes les terreurs, la victoire quelque longue et difficile que soit la route pour y parvenir, car sans victoire, il n’y a pas de survie…Nous nous battrons en France. Nous nous battrons sur les mers et les océans. Nous nous battrons avec une confiance croissante et une force croissante dans les airs. Nous défendrons notre île, quel qu’en soit le prix. Nous nous battrons sur les plages. Nous nous battrons sur les terrains de débarquement. Nous nous battrons dans les champs, et dans les rues, nous nous battrons dans les montagnes. Nous ne nous rendrons jamais ! « .

Si vous vous demandez quel niveau de détermination vous devez avoir pour finir par atteindre vos objectifs et réaliser vos rêves, c’est simple, il faut atteindre le même niveau de détermination que Winston Churchil. Alors atteignez-vous souvent un tel niveau de détermination? Sinon, c’est simple, il faut passer à une étape supérieure maintenant dans votre détermination ! Au moins vous savez maintenant combien il faudra se battre pour atteindre le moindre objectif qu’on se fixe.

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

Comments

  1. Willson Répondre

    Merci De Nous Faire Part Des Ces Bons Qualités À Adopté, Pour Devenir Un Bon Leader , J’en Fairais Exemple. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *