4 attitudes des leaders pour booster la motivation des collaborateurs

/, COACHING, Entreprise, Gestion d'entreprise, LEADERSHIP/4 attitudes des leaders pour booster la motivation des collaborateurs

4 attitudes des leaders pour booster la motivation des collaborateurs

boostercollaborateurs

Il y a très peu de choses qu’il nous est possible de faire en tant qu’entrepreneur sans avoir besoin des hommes. Tout tourne autour des hommes, et surtout parce qu’un est un chiffre trop petit pour réaliser de grandes choses, nous ne pouvons prospérer sans des leaders au sein de notre équipe. Mais quand il arrive de motiver ses collaborateurs à produire du résultat, la plupart des entrepreneurs et managers oublient ceci : « Vous pouvez pousser un cheval au marigot mais vous ne pouvez pas l’obliger à boire ». Changer personnellement d’attitude est la solution pour motiver ses collaborateurs. Assurez-vous de ce que vous manifestez chaque jour les attitudes suivantes :

1.Etre enthousiaste

Personne n’aime travailler dans un environnement où tout est crispé, où l’on est constamment sous pression. Même si nous avons tous besoin de concentration pour gérer les priorités et atteindre les objectifs de performances de notre entreprise, il faut de « la bonne ambiance ». Et quand il s’agit de créer cette bonne ambiance, qui donne le ton ? « Le leader et le chef d’équipe ». La gaieté est un ingrédient essentiel à l’émulation nécessaire à la création de résultats extraordinaires. Votre rôle en tant que manager est de vous assurer que vous savez créer à travers votre capacité à être optimiste et enthousiaste  les conditions nécessaires pour embraser vos collaborateurs d’optimisme et d’enthousiasme afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Sachez que toute attitude, quelle qu’elle soit, est contagieuse. Si vous avez la mine serrée, vos collaborateurs auront la mine serrée. Si vous êtes préoccupé, ils le seront également. Pourquoi ? Parce que les gens font ce qu’ils voient. C’est votre attitude qui donne le ton. Vous ne pouvez sermonner et humilier un collaborateur et espérez qu’il soit enthousiaste avec ses collègues et vos clients. Si l’ambiance devient morose, c’est en général vous qui avez craché consciemment ou inconsciemment l’acide corrosif.

2.Encourager

La plupart des chefs d’entreprise se plaignent déjà de ne pas avoir des collaborateurs qui soient à la hauteur des objectifs qu’ils leur fixent. Le paradoxe est grand. Comment encourager des gens qui ne produisent pas du résultat ? En effet, si vous devez attendre que vos collaborateurs produisent du résultat avant de leur rappeler qu’ils ont du prix à vos yeux, que vous comptez sur eux, que vous savez qu’ils relèveront les défis, ils ne seront jamais assez motivés pour produire des niveaux de résultats à la hauteur de vos attentes. Pour y arriver, sachez voir leurs forces avant de voir leurs faiblesses. Réfléchissez à chaque fois à comment mettre leurs forces à profit et aidez-les progressivement à éliminer leurs faiblesses.

Personne ne peut être motivé s’il n’entend que des critiques à son sujet. Chacun de vos collaborateurs a quelques bonnes qualités qui peuvent vous servir. Ma grand-mère m’a appris que c’est de la mésintelligence que de jeter une tomate à moitié pourrie parce qu’elle commencerait à pourrir. « Tu ne peux pas jeter cette tomate. Autrement je t’aurais jeté depuis longtemps. Tu as à prendre la bonne partie et jeter la partie pourrie ». Vous pouvez prendre la bonne partie chez vos collaborateurs et en faire un chef d’œuvre, ensuite jeter les parties pourries progressivement.

3.Faire confiance à ses collaborateurs et les laisser commettre des erreurs

C’est une illusion que d’espérer faire du zéro défaut. On peut affiner ses méthodes, on peut tendre vers la perfection et ce dans un processus constant d’ajustement au fur et à mesure que l’on constate les erreurs. Il ne peut y avoir amélioration ni ajustement si on ne constate les défauts. Chaque entrepreneur qui souhaite développer son entreprise en utilisant l’innovation comme appui doit créer une culture où l’erreur est considérée comme une étape déterminante vers l’amélioration. Le problème c’est que nous avons tellement peur que nos collaborateurs commettent des erreurs au point où nous sommes obligés de tout faire nous-mêmes. Ce faisant, nous nous considérons comme des gens nés parfaits le premier jour. Or, c’est en commettant et en corrigeant nos erreurs que nous en sommes arrivés là où nous sommes aujourd’hui. Il est de notre devoir de donner la même chance à nos collaborateurs.

Comme me le confiait un ami entrepreneur : « Si je devrais virer un collaborateur à chaque fois qu’il commet une erreur qui me coûte des millions, je me serais fait virer moi-même plus de cent fois parce que pour dire la vérité, je suis le premier qui ait droit à l’erreur et qui commet plus d’erreurs en effet.  Maintenant que je sais que c’est ce qui a fait mon succès, j’ai accordé le droit à l’erreur à mes collaborateurs et ils me surprennent chaque jour par leur capacité à créer et à proposer des idées innovantes ».

4.Elever et faire grandir

Comme le dit Robin Sharma, « les meilleurs leaders élèvent leurs collaborateurs les autres les écrasent ». Le piège est que les gens ne peuvent pas devenir meilleurs que la façon dont vous les traitez. Sinon lequel de vos collaborateurs avez-vous traité de médiocre et de bon à rien et qui est devenu le meilleur de vos leaders ? Lorsque vous les traitez ainsi, vous ruinez leur conscience et leur amour propre. Aucun homme dont vous aurez ruiné l’amour propre et la conscience ne peut s’élever grandement pour vous émerveiller à moins de le faire pour vous démontrer qu’il n’est pas n’importe qui ( et ce sera rarement à votre profit). Le développement de vos hommes est votre responsabilité numéro un. C’est lorsque les gens regarderont derrière et se rendront compte de toute la transformation positive que vous avez opérée en eux, le grand homme ou la grande femme qu’ils sont devenus grâce à vous, qu’ils vous respecteront, qu’ils vous vénèreront.

Malheureusement, nous nous attendons à ce que les gens nous vénèrent avant de les avoir servis, de les avoir faits grandir, de les avoir inspirés à réaliser des chefs d’œuvre. C’est un marché de dupe qu’ils n’acceptent presque jamais. Lorsque les gens doivent s’engager avec vous, une question leur trotte à chaque fois dans la tête et même lorsqu’ils sont déjà avec vous : « Qu’est-ce qui j’y gagne concrètement ? ».

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

Par | 2016-09-27T12:49:59+00:00 septembre 27th, 2016|Catégories : Carriere, COACHING, Entreprise, Gestion d'entreprise, LEADERSHIP|Mots-clés : , , , , , , , , |3 Commentaires

3 Commentaires

  1. marcel 27 septembre 2016 à 13 h 23 min- Répondre

    Merci pour cet article tres instructif!

  2. Maouale Mbainaiwala 18 octobre 2016 à 6 h 22 min- Répondre

    Merci vraiment pour ce beau texte!
    On dirait que cela a été écrit pour moi car je reconnais tous les reproches que je ne cesse de faire à mes collaborateurs et qui en fin de compte n’aident pas la productivité ni l’amélioration des performances.
    Je vais me mettre à l’école de la motivation de mes collaborateurs et m’abstenir de critiquer pour critiquer.
    Encore, merci pour l’article.

    • Hermann CAKPO 18 octobre 2016 à 10 h 28 min- Répondre

      Super cool pour votre excellente décision de changer d’approche

Laisser un commentaire