Comment éviter de prendre des mauvaises habitudes

mauvaiseshabitudes

Les habitudes se font et se défont. Le problème est que nous pour la plupart du temps, nous en prenons de très mauvaises sans savoir que nous sommes entrain de les prendre. Mais comme il se trouve que ce que nous faisons souvent est ce que nous devenons, les mauvaises habitudes ne peuvent nous assurer la qualité de vie à laquelle nous pourrions et avoir droit d’aspirer. Je vous propose ici une démarche expérimentée pour éviter de prendre des mauvaises habitudes.

Se demander à chaque fois : à quoi ceci va-t-il me conduire ?
On ne devient pas ce qu’on devient par hasard. C’est ce que nous avons répété tout le temps qui est entrain de former nos habitudes, notre caractère, nos nouvelles façons de penser, nos prochaines actions, nos prochains résultats et la qualité future de notre vie. L’instant présent où vous allez poser un acte est la seule occasion dont vous disposez pour qu’il soit le meilleur acte possible susceptible de vous conduire à la meilleure qualité de vie possible. Alors, à chaque fois que vous devez poser n’importe quel acte, faire n’importe quel geste, penser et sentir quoi que ce soit, demandez-vous : « A quoi ceci va-t-il me conduire ? ». Lorsque vous serez entrain de céder à certaines tentations ou vous laisser aller à certains plaisirs ou facilités, arrêtez-vous et demandez-vous : « A quoi ceci va-t-il me conduire ? Me permettra-t-il de m’offrir le bel avenir, l’excellente qualité de vie que je mérite, à laquelle j’aspire ? ». Si c’est non, ne le faites pas, ne le répétez pas autrement vous aurez fait le lit de la mauvaise attitude.

Anticiper sur ses actions et tentations
La nature à horreur du vide. Si vous ne savez pas exactement ce que vous allez faire à un moment donné de votre journée, dans certaines situations précises ou face à certaines tentations, vous ferez n’importe quoi. La plupart des gens qui arrivent à poser des actes héroïques, ne deviennent pas des héros sur le champ. Ils avaient prévu et se sont entrainés bien avant quant à ce qu’ils feront exactement dans certaines circonstances. Pour ne pas laisser certaines mauvaises habitudes se développer, vous devez avoir décidé ce que vous vous direz, la règle que vous appliquerez et l’attitude que vous aurez face à certaines tentations et dans certaines situations précises. Que direz-vous lorsqu’on vous proposera une cigarette (alors que vous vous êtes promis de ne pas fumer) ? Que direz-vous si on insiste ? Que direz-vous, que ferez-vous si vous êtes vraiment tenté et n’en pouvez plus ? Quel verset du Coran, de la Bible, de la Tora, de votre livre Saint de référence, quelle maxime, quel principe vous allez vous rappeler si vous êtes sous pression ? Par exemple, si vous êtes un chrétien et êtes séduit , attiré ou tenté par une femme ou homme d’autrui, vous n’avez qu’à vous rappeler ou à lire les chapitres 5, 6, 7 du livre des Proverbes. Les instructions précises sont là pour vous rappeler que vous êtes face à une tentation et allez prendre une mauvaise habitude.
Qu’est-ce que le fait de se préparer à ne pas céder aux tentations vient faire dans la prévention de la prise des mauvaises habitudes ? Au fait, lorsque vous cédez une fois, il devient facile de céder la prochaine fois et c’est ainsi que la mauvaise habitude se forme progressivement.

Ne pas apprécier le mauvais acte qui va conduire à la mauvaise habitude
Il n’est pas toujours facile de résister à la tentation. Il faut constamment travailler sur soi, se rappeler constamment et respecter ses principes de vie, ne surtout pas oublier qui on veut devenir ainsi que la philosophie, les attitudes, les actes et les comportements qui doivent absolument rimer avec. Malgré toutes les dispositions, il peut arriver que vous cédiez. Ce n’est pas la fin de votre sainteté ni de votre sanctification. Maintenant, sachant que ce n’était pas une bonne chose à faire, il faudra vous dire clairement que c’est ce que vous pouviez faire de plus piteux et de plus désagréable.
Exemple : On vous sert de la bière alors que vous vous êtes promis de ne plus (jamais) en prendre. Lorsque vous le goûtez, renfrognez la mine, quittez la table, allez la cracher aux toilettes et répétez : « Punaise, c’est déguelasse ». Peu importe si c’est effectivement le cas, l’intérêt ici c’est de programmer votre subconscient pour qu’il éloigne de vous l’envie de vouloir goûter à la bière la prochaine fois. Vous pouvez même simuler un vomissement. La fois suivante où vous serez exposé et tenté, dites-vous : « La dernière fois où j’ai pris quelques gouttes, j’ai vomis ». Très peu de chances que vous disiez cela et cédiez à la tentation conduisant à la formation de la mauvaise habitude.

Ne pas enchainer
Comme le dit le proverbe latin, l’erreur est humaine, c’est persévérer qui est diabolique. Ceci dit, les habitudes ne sont que des actes, attitudes ou actions répétés au moins une deuxième fois. Si vous ne répétez pas une mauvaise attitude ou acte, impossible qu’une habitude se forme derrière. Comme je l’ai expliqué dans l’article Comment dompter ses mauvaises habitudes, c’est l’attitude ou le comportement (habitude) le plus répété et le plus enchainé qui se renforce. Chaque jour, vos bonnes et mauvaises habitudes se battent pour prendre place. C’est ici que vous devez faire preuve de conscience et de vigilance et ne surtout pas laisser la mauvaise habitude s’imposer. Si vous n’enchainez pas, la mauvaise habitude ne se formera pas. Et surtout, si vous n’appréciez pas et même lorsque vous appréciez, si vous n’enchainez pas, l’habitude ne se formera pas ou tout au moins ne se renforcera pas.
Un exemple : J’ai prévu exactement la périodicité suivante laquelle je devrais sortir pour m’éclater (la nuit). J’ai décidé que ce sera tous les 45 jours – insuffisant certes mais ce n’est pas que je déteste sortir m’amuser, le problème, c’est la récupération mentale et physique qui doit suivre pour que je retrouve mon bon rythme. Mes derniers 45 jours coïncidaient avec le début du temps de carême. Alors j’ai dû atteindre presque quatre (4) mois pour sortir m’amuser. Il y avait un gala, après le gala, la boîte de nuit (on a dû partir tôt – le défoulement n’était pas total). Le weekend suivant, j’ai senti le besoin de compléter la mise. J’ai vraiment adoré mais un ami qui n’avait pu nous suivre proposa qu’on aille danser le 30 avril. Il n’a pas pu vraiment danser mais moi si. Le weekend suivant, il a voulu rattraper mais je lui proposai d’aller juste au Karaoké. On a fini en boite de nuit. Imaginez ce qui a failli m’arriver ce weekend (11-12 avril), j’arrivais à peine à résister à l’envie de sortir. Alors j’ai passé en revue le cycle que je venais de boucler. J’ai compris que j’avais enchainé la satisfaction de l’envie et c’est justement pour cela qu’elle se renforçait. Alors je me suis dit : « Hermann, ce n’est pas la bonne habitude à enchainer. Ok ? ». Prenez le contrôle vous aussi et n’enchainez pas la mauvaise habitude.

Faire attention à ce que je fais lorsque je suis ennuyé.
Très peu de choses que vous faites par ennui peuvent constituer de bonnes habitudes à prendre. Mais le problème, c’est qu’à chaque fois que vous serez ennuyé, vous ne résisterez pas jusqu’à ce que vous fassiez la connerie progressive que vous avez l’habitude de faire lorsque vous êtes ennuyé. En plus de ne jamais rien faire par ennui, faites bien attention à ce que vous décidez de faire lorsque vous êtes ennuyé. Demandez-vous : A quoi ça va servir ? Même si c’est une fois en passant, n’est-ce pas que je suis entrain de me conditionner à le répéter la prochaine fois où je serai ennuyé ? Qui vais-je devenir en me mettant à faire ça ? Rappelez-vous que c’est « Une fois en passant » qui a causé l’overdose qui a tué cet adolescent. Si vous êtes ennuyé, faites attention à ce que vous allez faire pour vous contenir ou vous défouler. Si c’est une bonne chose, vous allez développer une bonne habitude. Si c’est une mauvaise chose, vous allez développer tout simplement une mauvaise habitude. Dans les deux cas, vous aurez été l’acteur et le maître du conditionnement. Alors prenez garde à quel conditionnement vous créez.

besoin_coaching

Exorciser son entourage ou choisir le bon cercle d’influence
Vous savez maintenant que notre caractère est la moyenne des caractères des cinq personnes qui nous influencent plus (que nous fréquentons, écoutons, suivons plus). De ce fait, vous serez non seulement tenté de faire ce qu’ils font la plupart du temps mais vous finirez par faire ce qu’ils font la plupart du temps. C’est une illusion que de s’exposer à chaque fois et penser qu’on ne va jamais céder. C’est une grosse illusion. Alors si vous avez des amis, des conseillers qui vous inspirent et vous incitent souvent à penser et à faire certaines choses, voyez les résultats auxquels vous avez ainsi abouti ainsi que les habitudes que vous avez développées en leur compagnie. Posez la question clé : « Ceci va-t-il me conduire au bel avenir et à la qualité de vie auxquels j’aspire ? ». Si la réponse est non, vous devez agir en conséquence. Comme je l’explique dans mon livre Battez-vous pour vos rêves, vous devez exorciser votre entourage pour réaliser tout rêve qui vous tient à cœur. Vous devez décliner et fuir toutes les occasions qu’ils vous offrent de faire ce qu’ils ont l’habitude de faire et qui renforce vos mauvaises habitudes.
Vous devez créer vous-mêmes de nouvelles occasions alternatives soit en intégrant un nouveau cercle d’influence ou en créant progressivement à partir du noyau dur que vous êtes un cercle d’influence élévateur. S’il vous appelle pour une virée, répondez, « Tu sais, j’ai une intervention demain à 7h30 et je n’ai même pas encore préparé mon script. Ce sera une autre fois ? ». La prochaine fois, donnez une autre bonne raison pour ne pas les suivre. Finalement, ils ne vous suivront plus. C’est cela exorciser son entourage. Vous créez de bonnes occasions pour contrer les occasions de renforcer vos mauvaises habitudes qu’ils vous offrent et progressivement, ils vous fuient et ne vous proposent plus rien. Pourquoi vont-ils perdre à chaque fois leur temps et leur énergie à offrir des occasions à quelqu’un qui ne les saisit jamais ?

Procéder à la substitution systématique.
Pour chaque mauvaise occasion (mauvaise parce qu’elle va renforcer une mauvaise habitude), vous devez créer ou identifier une bonne occasion. S’il y a des mauvaises habitudes que vous risquez de prendre, vous devez systématiquement prévoir la bonne habitude par laquelle vous allez travailler à la remplacer à chaque fois. Tenez, vous ne pouvez renforcer qu’une seule habitude à la fois. Autant qu’elle soit la bonne. Faites votre tableau à deux colonnes. Listez vos (risques de) mauvaises habitudes et précisez les (opportunités de) bonnes habitudes par lesquelles vous allez les remplacer. Mémorisez votre liste. A chaque fois que la mauvaise habitude se pointe, qu’est-ce que vous faites ? Vous vous dites : « Ce n’est pas l’habitude à renforcer. Quelle est la bonne habitude déjà ? ». Ensuite, repérez-la et renforcez-la. C’est largement mieux.

Hermann H. CAKPO

Par Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *