7 astuces pour se libérer de ses frustrations

shutterstock_109367933

Notre attitude détermine notre altitude disait Zig Ziglar et nous ne pouvons pas réaliser plus que notre sensation la plus secrètement intense. Cela a été dit et il faudra le répéter ici, les plus grands hommes de tous les temps qui ont bravé les adversités et les difficultés les plus insupportables ont pu triompher parce qu’ils ont su conserver le contrôle de leur attitude. Ceci commence par le développement de la capacité à se libérer de ses frustrations pour rester égal à soi-même. Voici quelques astuces pour y arriver.

S’éloigner des milieux opposants et protestataires

J’ai un ami et ancien collègue avec qui j’ai eu la chance de partager la dernière fois trois (3) jours de mission après plus de trois (3) ans sans collaboration. Je l’ai méconnu ou si vous préférez je l’ai redécouvert. Il était frustré. Nous sommes compatriotes et nous nous étions retrouvés dans un pays étranger. En termes d’indice de développement et de disponibilité des infrastructures, notre pays et sa capitale économique n’avaient rien à envier à notre pays de destination. Mais il disait tout « de négatif ». Le pays de notre mission était meilleur…, la ville était plus belle…, les voies mieux tracées et la vie plus douce…

Il n’arrêtait pas de se plaindre alors je pris mon courage à deux (2) ans puis lui demandai : « Pourquoi es-tu si frustré ? Je ne te connais pas cela ? ». Il me répondit : « Je ne supporte pas l’injustice ». Je voyais ce qu’il voulait dire mais je connais tellement de gens qui prospèrent dans notre pays et je ne suis pas sûr que ce soit parce qu’ils sont des gens injustes. Je pense qu’ils ont tout simplement une attitude plus positive et sont certainement moins frustrés. Je continuais d’échanger avec lui en orientant le débat vers la politique. C’est alors que je découvris qu’il fréquentait les milieux opposants. Et voici le problème. Même s’ils n’ont aucune raison d’être frustré, les gens qui se disent de l’opposition par rapport à un gouvernement s’arrangent toujours pour trouver des frustrations qui les fassent cracher sur le régime. Mais en réalité, c’est parce qu’ils sont frustrés eux-mêmes. On aura beau changer de régime, ils seront frustrés. Ne tombez pas dans le piège de ce déversement inutile de vos frustrations internes. Retournez à vous-même et libérez-vous.

Refuser d’exiger des droits

Vous vous demandez certainement comment faire pour se libérer concrètement de ses frustrations internes. D’abord ce sont nos attentes à l’égard des autres qui lorsqu’elles ne sont pas comblées nous créent de la frustration. « Mais il devrait me laisser la clé ? », « Mais pourquoi il m’a fait ça ? », « Tu m’ont encore oublié… ». Imaginez ceci : « C’est notre droit et nous l’exigeons ! » ou encore : « Nous ne supportons plus cette injustice, elle ne peut plus perdurer »…Pourquoi attaquer un inconnu et un invisible ? Je suis d’accord qu’on ne peut pas rester indifférent face à l’injustice. Mais la guerre à mener n’est pas contre les autres, c’est contre nous-mêmes. Les entrepreneurs sont en général les gens chez qui l’attitude positive est plus marquée et vous les verrez rarement marcher pour exiger des droits. Ils sont proactifs et très proactifs. Ils assument tellement de devoir envers la République que les gouvernements n’attendent pas qu’ils exigent des droits avant de leur offrir des faveurs. Toute relation est faite d’entrée et de sortie, d’actif et de passif. Les gens à attitude positive se concentrent essentiellement sur le développement débordant et orientés service de leurs actifs et les gens se sentent redevables envers eux. La question à se poser c’est : « A quel point est-ce que je suis entrain de contribuer ? » et non « Qu’est-ce qu’on est entrain de m’empêcher d’avoir ? ». Cette dernière question cause trop de frustration mais elle commence avec soi-même. Elle est dans notre tête.

besoin_coaching

Accorder à chaque fois le bénéfice de la bonne intention aux autres

Vous savez maintenant que grâce à la reprogrammation mentale et la substitution instantanée nous pouvons interpréter n’importe quelle situation, n’importe quelle phrase telle que nous le voulons. Une précision importante : l’interprétation que nous faisons de la situation dépend fortement de l’interprétation que nous faisons de l’intention de l’autre. Notre frustration est plus aggravée lorsque nous pensons et nous convainquons de ce que notre interlocuteur l’a fait exprès, que c’est une provocation bien préparée, que cela ne nous surprend pas qu’il agisse ainsi, que c’est comme cela qu’il est, qu’il joue à l’intelligent, que nous allons le lui marquer…

Je dois vous dire une vérité : lorsqu’on est frustré à tel point, on se fait plus de mal soi-même que celui qui nous aurait causé cette accélération de la sécrétion biliaire. Ce qui nous amène à l’astuce suivante.

Savoir que personne ne nous cause autant de frustration autant que nous-mêmes

Regardez tout le mal que vous vous êtes causé ces dernières semaines avec vos négligences, vos excuses, vos retards, vos abandons, votre refus d’avancer, les mauvaises décisions que vous avez prises, les mauvaises attitudes que vous avez eues, les mauvaises réactions que vous avez retournées aux autres…Regardez les promesses intenables que vous avez faites et que vous n’aviez pas besoin de faire…Regardez tous les stress inutiles que vous vous êtes causés…Regardez toutes les opportunités que vous n’avez pas saisies…Regardez toutes les troubles dans lesquelles vous êtes immiscés inutilement…Regardez les peurs inutiles que vous avez eues…Regardez la qualité des aliments que vous avez consommés et que vous saviez pas très bons pour votre santé…Regardez comment vous aviez dépensé sans rigueur votre dernier revenu encaissés…Le montant n’y était pour rien et celui qui vous a payé n’y était pour rien(ils vous ont plutôt rendu service sinon comment auriez-vous pu faire…Regardez tous ces mauvais choix financiers que vous avez opérés…

Je me suis heureusement rendu compte d’une chose : Personne ne me cause autant de tort que moi-même ; et ceci m’a permis de me libérer de toute frustration. Et lorsque quelqu’un me provoque même au degré le plus élevé possible : Je respire et je dis : « Je vois et en tout état de cause, je peux choisir délibérément mon attitude. Et là je décide d’être imperturbable ».

Choisir délibérément son attitude

Nous sommes responsables de notre attitude. Comme le disait Abraham Lincoln, tout homme qui a passé ses 21 ans est responsable de la qualité de son visage. C’est sévère ? Non pas du tout. C’est même très facile parce que si nous « ne pouvons pas contrôler la beauté de notre visage », nous pouvons l’illuminer d’un sourire radieux…chaque jour. La force mentale vient de notre capacité à nous libérer de nos frustrations et choisir délibérer une attitude positive. Viktor Frankl a subi des traitements inhumains dans des camps nazis recommande une attitude pour ne pas se laisser frustrer par quelque maltraitance. Elle se résume en la phrase qu’il ruminait lorsqu’il était torturé : « La seule chose que tu ne peux pas m’enlever, c’est la façon dont je choisis de répondre à ta provocation ». Exceptionnel.  Mon ami et collègue Marcellin Gandonou propose une attitude toute aussi stoïque lorsque quelqu’un le traite injustement : « Je le prends comme une pommade que je me passe sur le corps ».

Se refuser de suivre le pas des gens en insécurité personnelle

Il est curieux de voir et de savoir que ceux qui vous attaqueront le plus sont ceux qui se sentent en insécurité eux-mêmes. Lorsqu’un royaume voisin se sent en insécurité, il n’entend pas que son ennemi voisin l’attaque avant de l’attaquer. Ils disent que c’est la meilleure manière d’avoir le contrôle de la force. Peut-être que c’est dans cette ligne de pensée qu’Israël effectue des frappes sporadiques en Syrie et détruit des usines « nucléaires » en Iran ; on va dire quoi ? A titre préventif ? Mais vous et moi avons la leçon : ce sont les gens en insécurité personnelle qui nous attaquent souvent. Vous y imaginez que vous vous laissiez affaiblir et frustrer par les attaques d’un homme qui vous redoute ? Je ne le regarderai même pas et si je devrais regarder, je dirai : « Je suis serein. Ce n’est pas moi qui suis en insécurité. Alors pourquoi vais-je suivre le pas d’un homme (système) en insécurité et répondre ? Je suis serein !». Comme je  le décris dans mon livre Battez-vous pour vos rêves, c’est cela savoir « sourire à l’adversité ». J’y ai consacré un chapitre entier.

Se rappeler que vous n’êtes pas n’importe qui

Un ami à qui je devais de l’argent avait décidé de me ruiner moralement. Il n’a pas réussi. Il m’a travaillé au téléphone pendant plus de 45 minutes. Il m’aura tout dit. Il a commencé à me rappeler que ce n’est pas lui qui aura affecté notre amitié (Je savais que c’était moi qui l’avais affecté en l’associant à un projet) et que Dieu n’avait rien à avoir dedans (il se prétend bon chrétien). Après ces préalables qui l’ont libéré de toute réserve, il y est allé sans ambages. La seule réponse que je lui donnais à chaque fois ? : « Tu as parfaitement raison et je n’avais pas le droit de faillir dans ce projet vu notre amitié…Je n’avais pas le droit, pardonne-moi ». Après la conversation, il appela un ami commun et lui confia ceci : « Mais il est terrible ton Hermann-là. En plus de se foutre des gens, on dirait que rien de ce que tu dis ne lui faire rien ».

Alors que nous avions décidé de nous rencontrer pour discuter honorablement, il me répéta que je me fous des gens parce que quel que soit ce qu’on me dit on n’a pas l’impression que cela me touche. Voici ce que je lui ai répondu : « Tu sais pourquoi je suis humble ? Je vais te dire : c’est parce que je connais mes faiblesses. Que j’aie des faiblesses ne veut pas dire que je suis un vaurien. Tu as choisi de me faire entendre que je ne valais plus rien parce que les choses ne se sont pas passées comme il faut dans ce projet mais pendant que tu essayais de me torturer, je me répétais constamment : ‘’Je sais que je n’ai pas été impeccable mais j’ai excellé à plusieurs égards dans ce projet. Je ne vais pas le laisser me croire que je suis n’importe qui’’ ». Ne laissez personne ni rien vous faire croire que vous êtes n’importe qui. Parce que vous n’êtes pas n’importe qui. Vous n’êtes pas parfait certes, mais il y a des parties de vous qui sont excellentes.

Par Hermann H. CAKPO

Hermann H. CAKPO

Herman H. CAKPO est auteur, coach et co-fondateur de The H&C Group, une entreprise de formation et de coaching basée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Gabon et prochainement au Niger, Cameroun et en Guinée. Il a déjà écrit et publié plus de 25 livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

veuillez partienter

Abonnez-vous a notre newsletter

Vous voulez etre averti lorsque notre article est publie ? Entrez votre adresse e-mail et le nom ci-dessous pour etre le premier a savoir.